•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La pandémie au secours d'un ex-dirigeant d'une résidence pour personnes âgées?

Philippe Thomassin a plaidé coupable à neuf chefs d'accusation en vertu de la Loi sur l'immigration et la protection des réfugiés. On le voit ici au palais de justice de Québec

Philippe Thomassin a plaidé coupable à neuf chefs d'accusation en vertu de la Loi sur l'immigration et la protection des réfugiés.

Photo : Radio-Canada

Après avoir fait travailler illégalement des immigrants, un ex-dirigeant d'une résidence pour personnes âgées de Québec veut se servir de la pandémie pour obtenir une peine plus clémente.

Un mois avant le déclenchement de l'état d'urgence, Philippe Thomassin a plaidé coupable à neuf chefs d'accusation en vertu de la Loi sur l'immigration et la protection des réfugiés.

Il avait fait travailler neuf immigrants sans papier à la Résidence Chanoine-Scott, de l'arrondissement Sainte-Foy.

Vue d'ensemble de l'extérieur de l'édifice

La Résidence Chanoine-Scott accueille 65 personnes âgées en perte d'autonomie.

Photo : Radio-Canada / Yannick Bergeron

Après avoir admis les faits, Thomassin a réclamé une absolution inconditionnelle alors que la poursuite demande à ce qu'il soit condamné à une peine à purger dans la collectivité.

La juge Rachel Gagnon devait prononcer la sentence le 31 mars, mais l'audience a dû être reportée en raison de l'état d'urgence sanitaire.

Requête

Voilà maintenant que Thomassin espère profiter de la pandémie pour démontrer qu'il avait eu raison d'engager des travailleurs clandestins.

Son avocat, Me René Verret, a déposé une requête pour réouverture d'enquête, afin de présenter une nouvelle preuve.

Les reportages quotidiens dans les médias ont fait état de graves lacunes dans les résidences pour personnes âgées, peut-on lire dans le document.

Me Verret devra d'abord convaincre la juge Rachel Gagnon de lui permettre de rouvrir le débat, afin de faire valoir ses nouveaux arguments.

Me René Verret

Me René Verret

Photo : Radio-Canada

Lors des audiences sur la peine en février, Philippe Thomassin a affirmé avoir contourné les lois en raison de la pénurie de main-d'oeuvre.

Selon lui, les problèmes révélés par la pandémie dans les CHSLD démontrent que le manque de ressources humaines était un problème récurrent depuis longtemps.

Les résidences pour personnes âgées ont des problèmes importants de recrutement et de rétention de personnel depuis longtemps.

Extrait de la requête

Pour appuyer son point de vue, il donne en exemple la décision du gouvernement d'augmenter les salaires des préposés aux bénéficiaires en plus de lancer une vaste campagne de recrutement.

Le dossier revient devant la juge Gagnon le 17 juillet.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Québec

Justice et faits divers