•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Deux fêtes tenues fin juin en Montérégie ont engendré 80 cas de COVID-19

Ève Caron s'est rendu à Ormstown et à Saint-Chrysostome, en Montérégie, pour prendre le pouls de la population locale.

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Le coronavirus continue de rôder au Québec, a prévenu le directeur national de santé publique, Horacio Arruda, vendredi. À preuve, près d'une centaine de personnes ont été infectées dans les dernières semaines sur la Rive-Sud (Montréal), où des rassemblements auraient été organisés sans égard aux mesures sanitaires appropriées.

Il faut comprendre que ce sont une série de personnes qui se connaissent plus ou moins et qui se sont retrouvées dans trois situations après la Saint-Jean [et] le soir de la Saint-Jean : deux partys dans des résidences privées, et une partie de ces gens-là [qui] sont allés dans un bar, a-t-il expliqué, vendredi après-midi, lors de son passage en Outaouais.

On est rendus à peu près à 80 cas autour de cet épisode, a révélé le Dr Arruda, dont le mandat à la tête de la santé publique a été renouvelé récemment.

Donc, ça veut dire qu’il y a eu de la transmission dans les partys, et puis il y en a eu dans le bar par des gens qui avaient été contaminés dans le party et qui n’avaient peut-être pas de symptômes, ou qui avaient des symptômes qui n’étaient pas trop forts [et] qui sont allés dans le bar, a-t-il poursuivi.

Précisant qu'il ne [cherchait] à accuser personne, le Dr Arruda a invité les participants à ces fêtes à collaborer avec la santé publique de façon à limiter la propagation du virus.

Vers un resserrement des mesures sanitaires

Ce type de rassemblement inquiète de plus en plus les autorités, qui ont annoncé jeudi que les bars devraient maintenant arrêter de servir de l'alcool après minuit.

Le port du couvre-visage est également devenu obligatoire à plusieurs endroits, comme dans les transports en commun, et Québec n'exclut pas d'imposer le masque dans tous les espaces publics intérieurs.

Une annonce pourrait même être faite la semaine prochaine, selon ce qu'a laissé entendre le Dr Arruda vendredi.

Voyant ce qui se passe, il y a de fortes chances, il y a de très fortes chances qu'on va être obligés d'aller un petit peu plus loin.

Horacio Arruda, directeur national de santé publique

Le Dr Arruda, qui avait déjà tenu des propos similaires en matinée, n'a pas voulu faire d'annonce sans que les personnes qui sont concernées puissent prendre la décision finale. Mais pour ce qui est de la position gouvernementale, on est en très grandes discussions actuellement, a-t-il admis. À un moment donné, il faut ce qu'il faut, alors... décodez.

Présente à ses côtés, la directrice de santé publique de l'Outaouais, Brigitte Pinard, a déclaré qu'elle attendait les directives de Québec concernant le couvre-visage, qui est déjà obligatoire dans les lieux publics fermés d'Ottawa et de l’Est ontarien.

Au Québec aussi, certaines municipalités, comme Montréal et Côte-Saint-Luc, ont déjà opté pour le port obligatoire du masque dans tous les espaces publics intérieurs.

À cette liste se sont d'ailleurs ajoutés vendredi Ormstown et la ville voisine de Saint-Chrysostome, où se serait déroulée l'une des fêtes problématiques, le mois dernier, en Montérégie.

Son maire, Gilles Dagenais, invite le gouvernement et les autres municipalités à l'imiter le plus rapidement possible. Il aurait fallu que ce soit mis en place il a très longtemps, estime-t-il.

Une clinique mobile de dépistage de la COVID-19 a également été implantée cette semaine à Mercier, une autre ville de la région. Là-bas, plusieurs commerces ont fermé leurs portes après que des membres de leur personnel eurent été déclarés positifs.

Cette multiplication rapide des cas de COVID-19 dans la région a incité la Direction de la santé publique de la Montérégie, dimanche, à lancer un appel à toutes les personnes qui ont fréquenté le bar Mile Public House de Brossard, le 30 juin, pour qu’elles subissent un test de dépistage.

Le bilan de la pandémie de COVID-19 au Québec présenté vendredi fait état de 56 316 cas et de 5612 morts. Au cours des 24 dernières heures, la santé publique a enregistré 100 infections supplémentaires et 3 décès. Parmi les nouveaux cas, on retrouve 31 malades en Montérégie, alors qu'on en compte 32 sur l'île de Montréal.

Interrogé sur ces éclosions lors de son passage en Mauricie vendredi, le premier ministre Legault a estimé qu'il était encore trop tôt pour dire si le Québec était frappé par une deuxième vague de COVID-19.

Par contre, quand je regarde ce qui se passe [dans le sud des États-Unis], ça commence à ressembler à une deuxième vague, a-t-il souligné, avant de rappeler qu'il était plus important que jamais de porter le masque, surtout dans les lieux publics fermés, et de garder une distance de deux mètres entre les personnes.

Autre signal que le déconfinement inquiète les autorités : le gouvernement du Québec lancera la semaine prochaine une nouvelle publicité pour inciter la population à prendre les mesures nécessaires afin d'éviter le retour en force du coronavirus.

La vidéo de 30 secondes dépeint le confinement du printemps dernier comme une période sombre et se conclut sur une prédication : On ne veut pas revivre ça. Portez le masque, gardez vos distances.

Le premier ministre Legault poursuivra sa tournée régionale la semaine prochaine dans l'Est-du-Québec, avec des arrêts à Rivière-du-Loup, en Gaspésie et à Baie-Comeau.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Santé publique

Société