•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'UNESCO accorde le prestigieux titre de géoparc à deux sites en Atlantique

Le littoral de la baie de Fundy.

Le parc provincial de Five Islands en Nouvelle-Écosse fait partie du géoparc.

Photo : Radio-Canada / Steve Lawrence/CBC

Radio-Canada

Les falaises de Fundy en Nouvelle-Écosse et le site Discovery à Bonavista à Terre-Neuve-et-Labrador obtiennent tous deux le prestigieux titre de géoparc de l'UNESCO.

Le géoparc des falaises de Fundy devient officiellement le premier géoparc à obtenir le label de l'UNESCO en Nouvelle-Écosse. L’annonce a été faite vendredi matin, comme prévu, lors d'une réunion du Conseil des Géoparcs mondiaux de l'UNESCO à Paris, à la grande joie de ceux qui travaillent depuis plusieurs années sur le projet.

Si cette annonce est un motif de fierté et de soulagement pour les personnes qui y ont contribué, elle marque aussi le début d’une autre étape. Les administrateurs du parc souhaitent que la désignation réussisse à attirer des touristes dans la région et à stimuler l'économie locale.

La beauté de cette désignation est qu'elle vous place immédiatement sur la scène mondiale, déclare Beth Peterkin, directrice du Géoparc des falaises de Fundy. Elle nous permettra d'atteindre des publics que nous ne pourrions jamais, jamais atteindre par nous-mêmes, ajoute-t-elle.

Beth Peterkin devant le littoral de la baie de Fundy.

Beth Peterkin, directrice du Géoparc des falaises de Fundy

Photo : Radio-Canada / Emma Davie/CBC

Les géoparcs mondiaux de l'UNESCO sont reconnus pour leur patrimoine géologique exceptionnel.

En incluant le parc des falaises de Fundy le site Discovery à Bonavista (T.-N.-L.), qui a également reçu le titre de géoparc ce vendredi, le Canada compte en tout cinq géoparcs. Les trois autres géoparcs sont Stonehammer au Nouveau-Brunswick, Percé au Québec et Tumbler Ridge en Colombie-Britannique.

Le géoparc des falaises de Fundy s'étend sur une distance d'environ 165 kilomètres et rassemble une quarantaine de sites désignés, allant de Debert aux falaises des Trois Sœurs, en passant par Eatonville, jusqu'à l'Isle Haute.

La région est le seul endroit sur terre où les géologues peuvent observer à la fois l'assemblage du supercontinent de la Pangée datant d’il y a 300 millions d'années et sa dislocation, arrivée 100 millions d'années plus tard.

Ce projet a réuni plusieurs acteurs des comtés de Cumberland et de Colchester en Nouvelle-Écosse. Des paléontologues, des entreprises locales, des entreprises de tourisme, des représentants des communautés autochtones et la population locale ont mis la main à la pâte afin d’obtenir la qualification de géoparc.

Selon Christine Blair, la mairesse de la municipalité du comté de Colchester, il s’agit du premier partenariat en son genre, puisque jamais les deux municipalités n’ont conclu d’entente auparavant, explique-t-elle. Elle ajoute que c’est grâce au travail d’équipe que cette idée est devenue réalité.

Cette désignation précède également la construction d'un nouveau centre culturel micmac dans les deux ou trois prochaines années à Debert, explique Donald Julien, directeur général de la Confederacy of Mainland Mi'kmaq.

Selon les preuves archéologiques, nos ancêtres sont ici depuis plus de 13 000 ans. C'est donc très excitant pour les Micmacs, la reconnaissance va être fantastique, commente-t-il.

M. Julien explique que la région de Fundy en particulier fait partie de nombreuses légendes sur Glooscap, le personnage le plus célèbre de la culture micmaque. C’est à lui qu’on doit la paix et le rétablissement de l'équilibre mondial, selon la légende.

Donald Julien en entrevue.

Donald Julien, directeur général de la Confederacy of Mainland Mi'kmaq

Photo : Radio-Canada / Robert Guertin/CBC

Il espère que la désignation par l'UNESCO contribuera à faire connaître l'histoire des Micmacs.

Parfois, dans les livres d'histoire et dans nos récits, on a eu tendance à disparaître, mais ce n'est pas le cas. Nous sommes toujours là, bien vivants et en bonne santé, ajoute-t-il.

La province a un rôle à jouer

Pourtant, même avec l’avènement de cette désignation exceptionnelle, rien n’est gagné, d'après Donald Fletcher, président du géoparc des falaises de Fundy et président du conseil d’administration du parc.

Il est certain, au dire du président, que la province et le secteur du tourisme devront investir pour faire de ce projet une réussite. Il cite en exemple la réfection des routes dans la région, l'aide à la signalisation et le soutien au secteur du tourisme.

J'ai eu le sentiment au fil des ans que nous avons été négligés, en quelque sorte, déplore M. Fletcher, qui est aussi conseiller municipal au sein de la Municipalité de Cumberland.

C'est immense et les gens vont venir, peut-être pas autant cette année, mais ils vont venir voir ce que nous avons à offrir.

Donald Fletcher, président du Géoparc des falaises de Fundy

Beth Peterkin explique quant à elle que le marquage clair des sites, la mise à jour des guides et des cartes et la sensibilisation du personnel du parc à cette désignation restent à faire.

Le site Discovery à Bonavista désigné géoparc

Le site de Discovery à Bonavista à Terre-Neuve-et-Labrador a également reçu le titre de géoparc ce vendredi.

Situé sur la péninsule de Bonavista, sur la côte est de Terre-Neuve, il abrite certains des fossiles de l'Édiacarien les plus spectaculaires et les mieux conservés du monde. Les experts estiment que ces fossiles sont vieux de 560 millions d’années. Ils montrent certains des premiers organismes pluricellulaires.

Une partie du géoparc Discovery se trouve sur les terres ancestrales du peuple Beothuk, aujourd'hui disparu.

John Norman, le président du tout nouveau géoparc Discovery, a tenu à féliciter les membres du conseil d’administration du parc et tous les bénévoles qui se sont investis au cours des dix dernières années pour obtenir de ce titre.

Avec les informations de Kayla Hounsell et Garrett Barry, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Protection des écosystèmes