•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le maire de Morden favorable au changement de nom de l’équipe de hockey locale

Des joueurs de l’équipe de hockey les Redskins de Morden regroupés sur la glace.

Les Redskins de Morden jouent dans la Ligue de hockey du sud-ouest du Manitoba depuis les années 1980.

Photo :  Facebook / Morden Redskins

Radio-Canada

Le maire de la ville de Morden dans le sud du Manitoba, Brandon Hurley, aimerait que l’équipe de hockey locale, les Redskins, change de nom. Brandon Hurley exhorte les responsables de l’équipe à agir dans ce sens et il promet de payer les coûts associés au changement de nom avec toute autre personne intéressée.

Des élus de Morden et des citoyens expriment depuis des années leur désir de voir changer le nom de leur équipe.

Brandon Burley, qui a été élu en 2018, indique qu’il a fait de ce changement une bataille personnelle depuis que sa fille lui a demandé la signification de Redskins.

J’ai essayé de lui expliquer, mais il n’y avait aucun moyen de le faire. C'était difficile de surmonter la douleur d'une telle conversation, dit ce dernier.

Redski, qui signifie peau rouge, est un terme dont l'origine demeure incertaine, mais selon le dictionnaire Oxford, son usage remonte au moins au 17e siècle.

Les colons s'en servaient alors pour faire référence aux peuples algonquiens nomades, divisés en trois tribus appartenant aux nations autochtones du Canada et des États-Unis, et qui se peignaient la peau en rouge.

Brandon Burley soutient que le nom actuel de l’équipe mine la réputation de Morden en tant que communauté qui accueille les immigrants.

Il indique qu'il a parlé aux responsables de la Première Nation de Swan Lake située à proximité de Morden et souligne que ceux-ci sont également favorables au changement de nom.

CBC a contacté la chef de Swan Lake, Francine Meeches, pour obtenir des commentaires, mais n’a pas eu de réponse au moment de la rédaction de ce texte.

L’entreprise BDO Canada a déclaré sur Twitter qu’elle évaluait son parrainage de l'équipe de hockey.

La direction de l’équipe, qui s’est toujours montrée réticente au changement de nom, déclare qu’elle étudiera la question.

Toutefois, le président du club, Brent Meleck, souligne que la formation sportive consultera d’abord les joueurs. La consultation ne se fera pas du jour au lendemain, dit Brent Meleck.

Brandon Hurley dit être conscient que tout ne changera pas du jour au lendemain, mais trouve cependant qu’il est temps de passer à l’action.

Selon M. Hurley, en cette période particulière où de nombreuses voix s'élèvent dans le monde pour dénoncer les discriminations, il précise que ce changement devient plus important.

En 2015, un juge fédéral américain avait ordonné l’annulation de la marque de commerce détenue par les Redskins de Washington de la Ligue nationale de football. La cour avait conclu que le nom de l’équipe pouvait être méprisant envers les Amérindiens.

Changer les noms des équipes : un débat cyclique

Blackhawks, Redskins, Eskimos... Le mouvement Black Lives Matter remet sur la table la question des noms d’équipes sportives jugés racistes, et que des Autochtones, entre autres, souhaitent voir changer depuis longtemps.

Barbara Ravel professeur agrégée à l’école de kinésiologie et des sciences de la santé de l’Université laurentienne, explique les enjeux autour des changements possibles de noms dans une entrevue accordée au 6à9.

C’est le risque économique qu’ils courent qui va faire changer les choses auprès des propriétaires d’équipe, croit la spécialiste. On est devant l’évidence que le sport professionnel est une énorme entreprise capitaliste qui ne répond qu’à l’argent, dit-elle. Dans le contexte actuel, il peut y avoir des conséquences énormes quand des commanditaires se désistent.

Si auparavant les propriétaires d’équipes ne portaient pas assez d’attention à ces questions, ils ne peuvent plus se justifier de ne pas être au courant, parce que tout le monde est au courant.

Elle rappelle que, comme dans le cas des Eskimos d’Edmonton, le nom n’a pas été choisi dans un contexte collaboratif, dans un contexte de partenariat où les communautés autochtones bénéficient de ce choix de nom.

Est-ce qu’ils en bénéficient sur le plan économique, sur le plan social?

Barbara Ravel professeur agrégée à l’école de kinésiologie et des sciences de la santé de l’Université laurentienne

On peut aussi dire qu’on honore une communauté comme le font les Blackhawks dans leur argumentaire pour conserver le nom de leur équipe, mais si c’est le cas on devrait s’assurer que les communautés en bénéficient aussi, affirme Barbara Ravel.

Avec des informations de Ian Froese

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !