•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les employés de quatre résidences du groupe Chartwell en grève à Québec

20200710103635

Grève Chartwell Mme Nelson

Photo : Radio-Canada / Dominic Martel

Félix Morrissette-Beaulieu

Après un échec des négociations, jeudi, des centaines d'employés de quatre résidences privées pour aînés du groupe Chartwell, à Québec, seront en grève générale illimitée vendredi.

Le Syndicat québécois des employées et employés de service (SQEES-FTQ) indique que la dernière journée de négociation, jeudi, n’a rien donné.

Un avis de grève illimité pour sept résidences privées pour aînés du groupe Chartwell à Québec et au Saguenay-Lac-Saint-Jean avait été déposé au Tribunal administratif du travail par le syndicat le 17 juin.

L'affiche à l'entrée du Domaine de Bordeaux et des Appartements de Bordeaux. C'est l'été, il fait soleil.

Cette résidence appartenant à Chartwell est située sur le chemin Saint-Lous, à Québec.

Photo : Radio-Canada / Dominic Martel

Les résidences visées sont :

  • Chartwell Appartements de Bordeaux, Québec
  • Chartwell Domaine de Bordeaux, Québec
  • Chartwell Faubourg Giffard, Québec
  • Chartwell (CSH-HCN Lessee) Manoir Archer, Québec

On avait plusieurs rencontres de conciliation qui étaient prévues au ministère du Travail. À chaque fois, on dépose une offre, on fait un dépôt, et ils nous disent qu’ils n’ont pas l’intention d’en faire. Ils se lèvent et ils quittent, indique Paul-André Caron, conseiller syndical.

Le syndicat demande des salaires à l'embauche de 15 $ de l’heure pour les préposés aux bénéficiaires, infirmières auxiliaires, préposés à l’entretien et plongeurs, notamment.

Manoir Archer, ils ne nous ont fait aucun dépôt monétaire depuis le début. Giffard, aucun dépôt monétaire et le Domaine de Bordeaux, aucun dépôt monétaire. On négocie tout seul, déplore le conseiller.

Il rappelle que les négociations, au Domaine de Bordeaux, sont en cours depuis 2018.

La population dans les derniers mois s'est rendu compte que les gens qui travaillaient dans des résidences pour personnes âgées étaient des personnes importantes. Manifestement, Chartwell ne le réalise pas.

Paul-André Caron, conseiller syndical

Demandes démesurées, selon la direction

Du côté patronal, on déplore le moment choisi par le syndicat pour exercer son mandat de grève.

Notre priorité est de prendre soin de nos résidents, alors que la COVID-19 demeure une menace sans précédent, note Marie-France Lemay, vice-présidente opérations et ventes.

La direction estime que les demandes des syndiqués, notamment en ce qui a trait aux conditions salariales, sont démesurées.

Aucune entreprise ne peut assumer des hausses de plus de 25 % sur trois ans, comme on nous le demande. Et on doit tenir compte de l’impact des augmentations sur les frais pour nos résidents, affirme Mme Lemay.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Relations de travail