•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La baleine noire de l’Atlantique Nord maintenant en danger critique d'extinction

La population de baleines noires, qui sont souvent victimes du trafic maritime et des activités de pêche, a baissé de 15 % en moins de 10 ans.

La baleine Snake Eyes, vue de haut, nage dans la mer.

L'enchevêtrement de la baleine noire Snake Eyes dans des cordages de pêche a causé la mort du mâle de 40 ans à l'été 2019.

Photo : Northeast Fisheries Science Center

La Presse canadienne

La baleine noire de l'Atlantique Nord est plus que jamais en danger d'extinction, selon une organisation mondiale composée de gouvernements et de regroupements civils.

L'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) affirme jeudi dans un communiqué que cette espèce est passée de la catégorie En danger à la catégorie En danger critique d'extinction sur sa Liste rouge.

L'UICN estime qu'à la fin de 2018, il restait moins de 250 individus matures de cette espèce et que sa population totale a diminué d'environ 15 % depuis 2011.

L'organisme explique ce déclin par la combinaison d'une mortalité accrue due aux enchevêtrements dans les engins de pêche et aux collisions avec les navires, et à un taux de reproduction plus faible par rapport aux années précédentes.

L'UICN a pris note que sur les 30 morts ou blessures graves de baleines noires de l'Atlantique Nord d'origine humaine, confirmées entre 2012 et 2016, 26 étaient dues à un enchevêtrement.

La baleine Comet morte sur le rivage et des chercheurs qui l'observent.

Comet, un mâle suivi par les chercheurs depuis une trentaine d'années, a été tué par une collision avec un navire en juin 2019 dans le golfe du Saint-Laurent.

Photo : Radio-Canada / Brian Higgins

L'Union internationale pour la conservation de la nature ajoute que les changements climatiques semblent exacerber les menaces qui pèsent sur l'espèce.

Des températures plus élevées de l'eau de mer ont probablement poussé leurs principales proies plus au nord pendant l'été, dans le golfe du Saint-Laurent, où les baleines sont plus exposées à des collisions accidentelles avec les navires et à un risque élevé d'enchevêtrement dans les câbles des casiers à crustacés.

À la fin du mois dernier, la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA) des États-Unis a annoncé que la carcasse du premier baleineau de l'espèce des baleines noires de l'Atlantique Nord à être né cette saison venait d'être trouvée au large de Monmouth Beach au New Jersey, au sud de New York.

Les observations préliminaires de la carcasse ont montré que le jeune cétacé avait été tué par une collision avec un bateau. Il était l'un des dix nouveau-nés à avoir été observés depuis le début de la saison 2019-2020.

En février dernier, le gouvernement du Canada a annoncé de nouvelles mesures pour protéger la baleine noire. Ainsi, pour éviter les enchevêtrements, Pêches et Océans Canada a expliqué qu'un nouveau système serait utilisé pour les fermetures de pêche lorsque des baleines sont repérées dans le golfe du Saint-Laurent et la baie de Fundy.

L'Union internationale pour la conservation de la nature dit regrouper plus de 1400 organisations membres et compter sur les compétences de plus de 15 000 experts.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !