•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Société de sauvetage redoute une hausse des noyades cette année

Deux hommes sautent, tête première, dans un lac.

Au Manitoba, 39 % des noyades surviennent dans les rivières.

Photo : Associated Press / Vadim Ghirda

Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La Société de sauvetage du Manitoba craint davantage de noyades en 2020 en raison de la pandémie de COVID-19 qui limite l’accès aux piscines, ce qui pourrait inciter les gens à aller se baigner dans des plans d'eau naturels non surveillés et, donc, plus dangereux.

Au Canada, près de 450 personnes meurent noyées chaque année. Ces chiffres ont diminué ces deux dernières décennies, mais le Dr Christopher Love de la Société de sauvetage du Manitoba,, demande à la population d'être vigilante cet été.

Que ce soit dans une rivière, un lac ou un ruisseau, 69 % des morts par noyade au Canada se produisent dans des points d'eau naturels.

Carte des différentes provinces et territoires canadiens avec leur taux annuel de morts par noyade : 8,6 pour le Yukon; 8,2 pour les Territoires du Nord-Ouest; 10 pour le Nunavut; 2,3 pour la Saskatchewan; 1,6 pour le Manitoba; 2,9 pour Terre-Neuve-et-Labrador; 1,6 pour la Colombie-Britannique, 1,1 pour l'Alberta; 1,1 pour l'Ontario; 1,3 pour le Nouveau-Brunswick; 1 pour le Québec; 0,7 pour l'île du Prince-Édouard et 1,4 pour la Nouvelle-Écosse.

Les taux de morts par noyade dans les territoires sont plus élevés que partout ailleurs au Canada.

Photo : Radio-Canada

Le Manitoba fait partie des provinces où le taux de morts par noyade est supérieur à la moyenne nationale, derrière la Saskatchewan et les territoires. Dans la province, ce sont les rivières qui sont les plus mortelles.

Ces cours d’eau agités sont vivement déconseillés par la Société de sauvetage du Manitoba, qui redoute une hausse des interventions de secours cette année.

L’eau qui bouge, c’est difficile de s’en sortir, affirme Excellencia Tshibambuyi, secouriste à l'organisme. Les noyades y arrivent facilement. Les [chances] pour que quelqu’un puisse venir te sauver sont très slim, parce que personne ne surveille [ces endroits] et les bateaux prendraient du temps à arriver.

Cela dit, quels que soient les points d’eau, la vigilance est de mise, selon l’organisme. Au pays, 12 % des noyades surviennent d'ailleurs dans des baignoires.

Une tueuse rapide et silencieuse

Les noyades sont faciles à manquer, affirme Excellencia Tshibambuyi. On s'imagine souvent des appels au secours et des éclaboussures de la victime, mais la réalité est tout autre : Elles sont souvent silencieuses, calmes et très discrètes.

Une intervention rapide est pourtant primordiale, poursuit la secouriste. Une seconde change complètement les choses, dit-elle.

Quelques conseils pour profiter de l’eau en toute sécurité :

  • Ne pas se baigner seul
  • Éviter les endroits non surveillés
  • Limiter la supervision d’un adulte à quatre enfants et les garder à proximité de soi
  • Éviter les boissons alcoolisées et les drogues autour de points d’eau
  • Porter un gilet de sauvetage durant des activités nautiques
  • Apprendre à nager et améliorer ses compétences en natation

Si vous voyez une personne en détresse, contactez immédiatement les secours. En attendant leur arrivée, la Société de Sauvetage du Manitoba vous conseille de lancer un objet flottant pour pouvoir tenir la victime hors de l’eau.

La sauveteuse Excellencia Tshibambuyi fait une démonstration de secourisme dans une piscine.

La Société de Sauvetage du Manitoba effectue des simulations de secourisme pour montrer que les noyades peuvent être silencieuses et passer inaperçues.

Photo : Radio-Canada / Trevor Lyons

S'il y a une corde à proximité, elle peut aussi être utilisée pour aider la personne à revenir sur les berges sans contact physique. Lorsque les secouristes interviendront, ils s'assureront que la personne est sur le dos pour dégager ses voies respiratoires.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !