•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La mairesse de Chandler ne témoignera finalement pas à son audience

La mairesse de Chandler, Louisette Langlois.

La mairesse de Chandler, Louisette Langlois, doit répondre à 21 manquements présumés en déontologie.

Photo : Radio-Canada / Martin Toulgoat

Radio-Canada

Coup de théâtre à l’audience de Louisette Langlois, la mairesse de Chandler : celle-ci ne va pas témoigner devant le tribunal administratif de la Commission municipale du Québec pour répondre à 21 manquements présumés en déontologie.

Son avocat, Charles Caza, a surpris tout le monde en annonçant à la toute dernière minute que sa cliente n'allait pas être appelée à la barre.

Questionné à savoir pourquoi il avait décidé d’agir ainsi, sa réponse est succincte.

Dans ce dossier, c’est une question de stratégie... tout simplement.

Charles Caza, avocat de Louisette Langlois, mairesse de Chandler

Les procureurs de la Commission municipale du Québec ont été pris de court par la décision de l’avocat de la défense.

Comme ils n’avaient pas inscrit la mairesse, qui était la principale témoin de la défense, sur leur propre liste de témoin, ils n’ont pas pu l’appeler pour témoigner.

La preuve s’est donc conclue prématurément.

Mercredi, le conseiller municipal Denis Pelchat est venu témoigner en affirmant qu'il n'avait jamais vécu un tel climat au sein du conseil municipal depuis qu’il a été élu pour la première fois en 2011.

Mardi, un citoyen est venu affirmer à l’audience, courriel à l'appui, que Louisette Langlois lui avait fourni les noms des employés de la ville qui ont porté plainte contre la mairesse à la CNESST pour harcèlement psychologique.

La mairesse Langlois n’a pas l’intention de démissionner de son poste d’ici les prochaines élections, qui auront lieu en novembre 2021.

Des fois, il faut garder le cap, explique-t-elle. J’ai été élue par les citoyens qui m’ont fait confiance pour un troisième mandat consécutif, alors je ne peux pas les laisser tomber dans un contexte aussi difficile.

Les plaidoiries finales auront lieu le 23 juillet prochain à Québec.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Politique