•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les bars du Bas-Saint-Laurent se plieront à regret aux nouvelles directives

« On va pénaliser l’ensemble de l’industrie dans l’ensemble du Québec pour une poignée de contrevenants. » – Steven Guimond Corriveau, copropriétaire de la P’tite Grenouille de Rimouski

La façade du bar La P'tite Grenouille, à Rimouski.

Les bars du Québec auront notamment à réduire leurs heures d'ouverture pour fermer à 1h du matin.

Photo : Radio-Canada / Jean-Luc Blanchet

Radio-Canada

Les nouvelles consignes de santé publique pour les bars de la province sont accueillies avec amertume par les tenanciers du Bas-Saint-Laurent qui dénoncent une volte-face de la part du gouvernement provincial.

Il faudra encore se réajuster, ce qu’on fait depuis le début de la pandémie, laisse tomber Steven Guimond Corriveau, copropriétaire de la P’tite Grenouille de Rimouski. Va-t-on mettre en place des mesures qui seront à changer d’ici trois ou quatre jours?

La nouvelle série de mesures annoncée par Québec a l’effet d’une douche froide sur les propriétaires de bar du Bas-Saint-Laurent. Déjà, les affaires n’étaient pas bonnes depuis le début de la pandémie et ceux-ci craignent que le gouvernement provincial ne leur mette que des bâtons dans les roues.

C’est déjà difficile [pour nous] au moment où on se parle, explique Célestin Simard, propriétaire du Super Bar, à Rivière-du-Loup. Chaque mesure apportée amène son lot de misère pour nous.

Tous s’entendent pour dire qu’ils préfèrent respecter les mesures que de fermer leurs portes, mais certains propriétaires ne se sentent pas écoutés par Québec.

Ils consultent pour consulter, mais les commentaires venant du terrain ne se rendent pas aux bonnes personnes, estime Steven Guimond Corriveau qui croit que le gouvernement devrait d’abord en faire plus pour s’assurer du respect des consignes avant de serrer la vis à nouveau.

On va pénaliser l’ensemble de l’industrie dans l’ensemble du Québec pour une poignée de contrevenants, ajoute-t-il.

De son côté, Pascal Gagnon, propriétaire du bar le Triangle, à Rivière-du-Loup, craint que l’obligation de fermer les bars à 1 h du matin ne déplace le problème vers les domiciles privés.

On ne changera pas le monde. Le problème va juste se transférer à une autre place, croit-il.

Des clients réceptifs

À la microbrasserie Le Bien, le Malt, à Rimouski, le copropriétaire Denis Thibault se veut positif. Son commerce a rouvert à titre de restaurant et avait donc déjà réduit ses heures d’ouverture et ses places assises.

Des clients sont assis à deux mètres de distance sur la terrasse de la microbrasserie Le Bien, le Malt au centre-ville de Rimouski.

La microbrasserie Le Bien, le Malt a rouvert à Rimouski à titre de restaurant.

Photo : Radio-Canada / Jean-Luc Blanchet

Les clients sont très réceptifs et à l’écoute des normes et des règles à respecter, observe-t-il.

Le propriétaire réfléchit encore à instaurer un registre à l’entrée de son établissement. À La P’tite Grenouille, ce registre est perçu positivement.

Ça peut aider en responsabilisant plus les clients, croit Steven Guimond Corriveau qui croit qu’il y a toujours une éducation à faire auprès des clients et que les bars doivent demeurer ouverts pour faire ce travail de sensibilisation.

Avec les informations de Shanelle Guérin et de Patrick Bergeron

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Bas-Saint-Laurent

Santé publique