•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des élèves de l’École secondaire Mont-Bleu pourront être en classe seulement à mi-temps

Pancarte de la Commission scolaire des Portages-de-l’Outaouais.

La Commission scolaire des Portages-de-l’Outaouais à Gatineau.

Photo : Radio-Canada / Christian Milette

Radio-Canada

Après les dommages à l'édifice causés par le passage d'une tornade dans la région et l'interruption des classes en raison de la pandémie de COVID-19, voilà que la rentrée scolaire sera chambardée pour les élèves de l’École secondaire Mont-Bleu.

Le Centre de services scolaire des Portages-de-l'Outaouais (CSSPO) confirme que les élèves de 4e et 5e secondaire ne pourront fréquenter l’école qu’à mi-temps.

L’espace disponible ne permettra pas d’accueillir tous les élèves au même moment, explique l’organisation dans une lettre envoyée aux parents d'élèves.

Les écoles secondaires de l’Île et des Lacs seront en mesure d’accueillir tous leurs élèves à temps plein. L’École secondaire Grande-Rivière planifie recevoir tous les élèves, mais certains obstacles sont toujours présents, précise dans le courrier la directrice générale du CSSPO, Nadine Peterson.

Pour l’École secondaire Mont-Bleu, l’espace disponible ne permettra pas d’accueillir tous leurs élèves au même moment. Par conséquent, les élèves de 4e et 5e secondaire fréquenteront l’école à demi temps. Un horaire suivra pour les journées où ils seront à la maison. Ils bénéficieront alors d’un enseignement à distance structuré, peut-on aussi lire.

L’École secondaire Mont-Bleu avait été lourdement endommagée par un incendie à la suite des tornades en septembre 2018. Le gouvernement du Québec a investi 35 millions de dollars pour la rénovation de l'édifice. Le CSSPO prévoit la fin des travaux pour la rentrée 2021.

La Santé publique du Québec demande aussi de créer des groupes cloisonnés et, à l’intérieur de ceux-ci, de créer des sous-groupes de 6 élèves maximum afin de réduire le nombre de contacts entre les élèves.

Dans le but de répondre à cette condition, les écoles pourraient être dans l’obligation de réduire l’offre de choix de cours et les choix de cours à option qui en découlent. Le cas échéant, les directions d’école s’assureront que ces modifications n’affectent pas la poursuite des études au niveau suivant ou au niveau collégial, conclut Mme Peterson.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Éducation