•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le groupe Lady A, anciennement Lady Antebellum, attaque en justice la chanteuse Lady A

Une femme, habillée de blanc et portant un chapeau, est entourée de deux hommes.

Les trois membres du groupe Lady A, qui s'appelait Lady Antebellum jusqu'en juin dernier.

Photo : Facebook/Lady A

Radio-Canada

Le groupe de musique country Lady Antebellum, qui a récemment changé de nom pour Lady A en raison des références au passé esclavagiste du sud des États-Unis du terme « antebellum » , poursuit en justice la chanteuse noire Lady A, qui se produit sous ce nom depuis une vingtaine d’années. 

Mercredi, le groupe de Nashville récompensé par plusieurs prix Grammy a lancé une action en justice après l’échec des négociations avec l’artiste Lady A, dont le vrai nom est Anita White.

La chanteuse Lady A réclame 10 M$

Selon les documents déposés au tribunal, le groupe estime que son utilisation du nom Lady A n’empiète pas sur le droit d’Anita White à se faire également appeler Lady A. 

Il allègue que l’équipe de la chanteuse lui a réclamé 10 millions de dollars américains pour l'utilisation du nom Lady A, et qu’il doit donc, à contrecœur, faire appel à la justice pour défendre son droit de se faire appeler ainsi.

Lady A, anciennement Lady Antebellum,  indique également que le nom Lady A avait déjà été déposé en 2010 en vue de son utilisation dans le domaine du divertissement, mais aussi sur des vêtements, et que personne ne s’y était alors opposé. Il ne réclame aucune compensation financière.

Chanteuse de blues et de soul, Anita White s’est plainte publiquement du fait que le groupe ne l’avait pas contactée avant de prendre le nom de Lady A. 

Pas d’accord à l’amiable

Les négociations entre les deux parties n’ont pas permis d’aboutir à un accord. 

Quand nous avons appris que Mme White se produisait également sous le nom de Lady A, nous avons eu des discussions sincères avec elle sur la manière dont nous pourrions régler ça ensemble et faire sortir quelque chose de beau et de spécial de ce moment, a déclaré le groupe mercredi. 

Nous n’avons jamais envisagé qu’elle ne devrait pas pouvoir utiliser le nom de Lady A et nous ne le ferons jamais, l’action en justice lancée aujourd’hui ne change pas cela.

Le groupe composé de Hillary Scott, de Charles Kelley et de Dave Haywood s’est rebaptisé il y a un mois dans la foulée du mouvement antiraciste déclenché par la mort de George Floyd.

Avec les informations de Associated Press, et Variety

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Musique

Arts