•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Quelques trucs pour combattre la chaleur accablante

Une femme allongée dans un parc se protège du soleil sous son parasol.

Environnement Canada a émis un avertissement de chaleur accablante pour la région métropolitaine.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada

Pendant que Montréal traverse sa troisième canicule cette année, il existe divers moyens de combattre cette chaleur extrême. Tour d’horizon.

Les températures vont friser les records vendredi au Québec. Environnement Canada a émis un avertissement de chaleur accablante pour la région métropolitaine. Le mercure devrait atteindre 34 degrés Celsius avec un facteur humidex de 42 cet après-midi.

Les conditions chaudes et humides devraient persister jusqu’à samedi, précise l’agence fédérale.

Il existe une série de précautions à prendre pour affronter cette chaleur accablante :

  • Boire beaucoup d’eau;
  • Limiter les activités physiques;
  • Porter des vêtements légers;
  • Prendre une douche ou un bain frais;
  • Privilégier les endroits frais.

Pour les personnes qui travaillent à l’extérieur, il est recommandé de prendre régulièrement des pauses. Avec cette chaleur accablante, ne jamais laisser des personnes ou des animaux dans un véhicule stationné.

Pour éviter un coup de chaleur, demeurez vigilants en surveillant l’apparition des symptômes suivants : épuisement, déshydratation, maux de tête, étourdissements, confusion, vomissements et évanouissements.

Les personnes les plus vulnérables à la chaleur sont les enfants de 0-4 ans, les aînés (65 ans et plus), les personnes atteintes d’une maladie chronique, celles qui souffrent d’un problème de santé mentale et les toxicomanes.

Des enfants et des adultes dans les jeux d'eau d'un parc.

Enfants et parents peuvent profiter des jeux d'eau pour se rafraîchir.

Photo : Radio-Canada / Jean-Claude Taliana

Accès à l'eau

Les citoyens qui cherchent à se rafraîchir par la baignade peuvent accéder aux nombreux points d’eau sur l’île : piscines, pataugeoires, plages, jeux d’eau et brumisateurs. Vous pouvez trouver leur emplacement en consultant la carte prévue à cet effet par la Ville de Montréal (Nouvelle fenêtre).

À noter que les citoyens doivent appeler au préalable pour réserver leur place et indiquer la durée de leur visite. Le but de cette mesure est d’éviter que trop de gens se pointent en même temps.

Les heures d’ouverture des piscines ont été élargies pour permettre au plus grand nombre de personnes de se baigner. Elles ouvrent plus tôt et ferment plus tard.

De plus, les vestiaires sont fermés, donc il faut arriver déjà en maillot. Les toilettes par contre demeurent accessibles.

La municipalité met à la disposition des résidents une panoplie d’établissements climatisés, tels que les bibliothèques, maisons de la culture, complexes sportifs et centres communautaires. Les centres commerciaux et les cinémas constituent une autre option pour trouver l’air frais.

La population peut aussi dénicher des coins d’ombre dans les multiples parcs et boisés de la ville.

Un travailleur de la construction boit de l'eau.

Le type d’appels que l’organisme Urgences-santé reçoit en temps de canicule sont des cas épuisement .

Photo : Radio-Canada

En mode alerte

La Ville de Montréal est en mode alerte à l’heure actuelle. Daniel Devries, porte-parole du Service d’incendies de Montréal, assure qu’un plan d’action est prévu si la situation se détériore.

Le niveau d’intervention, je ne sais pas si on va l’atteindre. Si on tombe en mode intervention, on va faire du porte-à-porte avec les policiers du SPVM ainsi que les agents de prévention de la Ville de Montréal, a-t-il expliqué sur les ondes d'ICI RDI.

Porte-parole d’Urgences-santé, Benoit Garneau indique que le type d’appels que l’organisme reçoit en pareil temps c’est des cas épuisement par la chaleur. Des gens qui sont au travail, sur des chantiers de construction. Tout le monde qui est exposé directement au gros soleil, précise-t-il.

Selon Benoit Garneau, de petits gestes fort simples peuvent parfois faire la différence.

Si vous voyez de longues files d’attente, peut-être que ce n’est pas le moment d’aller faire vos emplettes. Peut-être, attendre un peu que les files d’attente soient moins longues. Attendre vers la fin de la journée. Essayer de privilégier les endroits ombragés plutôt que les endroits exposés au soleil, conseille-t-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Conditions météorologiques

Société