•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Services à l’enfance : les Premières Nations reprennent le contrôle, dit un chef autochtone

Un homme avec un collier traditionnel autochtone devant un panneau solaire et une éolienne.

Le chef de la Première Nation Cowessess, Cadmus Delorme

Photo : Radio-Canada / Rob Kruk

Radio-Canada

Le protocole d’entente signé mardi entre Ottawa et l’Assemblée des Premières Nations (APN) au sujet de la gestion des services à l’enfance réjouit le chef de la Première Nation de Cowessess, Cadmus Delorme.

M. Delorme affirme que les systèmes en place actuellement sont imposés aux Premières Nations, mais qu’avec la signature du protocole, elles seront désormais aux commandes des services qui touchent directement les enfants et les familles de leur communauté respective.

Il revient aussi aux Premières Nations, selon Cadmus Delorme, de déterminer le rôle du gouvernement provincial dans la gestion des services à l’enfance.

Le rôle de la province ici n’est pas la négociation. C’est "Comment transférer les documents? Comment s’assurer que, lors du transfert [des dossiers sur les services à l’enfance] à la Première Nation, [les enfants] ne passent pas entre les mailles du filet?", souligne Cadmus Delorme.

Ce dernier connaît bien les besoins de sa communauté en ce qui a trait à la protection de l’enfance et aux services destinés aux jeunes.

En novembre dernier, la Première Nation de Cowessess, située dans le sud-est de la Saskatchewan, a construit le Sacred Wolf Lodge afin de répondre à une multitude de besoins pour les jeunes. Selon Cadmus Delorme, cette initiative porte déjà ses fruits, puisqu’une dizaine de personnes sont formées pour y travailler et aider les enfants à faire face à leurs traumatismes.

Des statistiques du ministère des Services sociaux de la Saskatchewan dévoilent que 3362 enfants étaient pris en charge par la province à la fin du mois de mars. De ce nombre, près de 86 % sont issus des communautés autochtones, ce qui représente une augmentation de 11 % par rapport à 2018.

Mardi, Ottawa et l’APN se sont entendus sur le cadre au sein duquel se dérouleront les discussions pour la mise en oeuvre de la nouvelle loi affirmant l’autonomie des Premières Nations dans la gestion des services à l’enfance et à la famille.

Le projet de loi C-92 à cet effet a été adopté l’année dernière par Ottawa afin de désengorger le système de protection de l’enfance et éviter de retirer un enfant de sa communauté.

Toutefois, aucun financement n’était attaché à la loi avant cette semaine.

Avec les information de John Paul Tasker et d'Olivia Stefanovich

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique fédérale

Politique