•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Intercar reprendra la liaison Saguenay-Québec

Un autobus de la compagnie Intercar au terminus.

Les autobus d'Intercar ne peuvent transporter les passagers depuis le 18 mars.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le programme d’aide financière pour les transporteurs interurbains annoncé mercredi par Québec est accueilli avec un soupir de soulagement par le groupe Intercar.

Le transporteur régional avait multiplié les demandes dernièrement pour obtenir un coup de pouce financier afin de traverser la crise provoquée par la pandémie. Les autobus d’Intercar sont stationnés depuis le 18 mars.

Le programme chapeauté par le gouvernement du Québec prévoit une enveloppe de 8 millions de dollars pour les trois prochains mois.

En entrevue à l’émission C’est jamais pareil, le président de l’entreprise, Hugo Gilbert, a mentionné que son équipe s’affairait à analyser les détails du programme pour déterminer quelles liaisons pourraient redémarrer.

Il assure d’ores et déjà que le trajet le plus populaire, celui entre Saguenay et Québec, pourra reprendre d’ici la fin juillet. La date sera annoncée d’ici les prochains jours indique Hugo Gilbert. Pour le reste, il faudra patienter.

Chaque semaine, Intercar reçoit entre 100 et 150 appels de clients voulant s’informer du retour du service. L’entreprise offre habituellement des transports par autobus au Saguenay-Lac-Saint-Jean, jusqu’à Chibougamau et sur la Côte-Nord.

Des restrictions importantes

Avec les mesures sanitaires en vigueur, les autobus ne pourront transporter que 14 passagers maximum au lieu d’une cinquantaine. Hugo Gilbert avoue que la situation est problématique et minera de façon importante la rentabilité.

C’est évident qu’il y aura des déficits dans les liaisons.

Hugo Gilbert, président, Intercar

Le président-directeur-général de la Fédération des transporteurs par autobus, Luc Lafrance, ne croit pas en la viabilité de ce fonctionnement. Ce n’est carrément pas viable à 14 passagers. Chacune des entreprises a un seuil de rentabilité différent, ça peut varier entre 30, 32 ou 34 passagers à bord des autobus. Donc, on est loin du compte pour permettre à un transporteur d’être viable tout au long de l’année.

Les transporteurs interurbains n’ont pas dit leur dernier mot. Ils espèrent toujours un adoucissement des restrictions.

Notre fédération travaille actuellement pour avoir, pour le transport interurbain, des recommandations spécifiques de l’Institut national de santé publique qui pourraient nous permettre d’augmenter le nombre de passagers, explique M. Gilbert.

Le port du masque sera obligatoire pour chaque passager des autobus.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !