•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un premier diocèse au Nouveau-Brunswick à accepter les dons préautorisés

Le diocèse de Bathurst est le premier diocèse catholique du Nouveau-Brunswick à offrir le programme de dons préautorisés à ses paroissiens.

Le diocèse de Bathurst est le premier au Nouveau-Brunswick à offrir le programme de dons préautorisés à ses paroissiens.

Photo : Radio-Canada / François Vigneault

François Vigneault

Un outil supplémentaire est offert aux paroissiens du diocèse de Bathurst qui désirent contribuer au financement de leur église.

Les gens peuvent maintenant faire des dons préautorisés à leur communauté chrétienne, par l'entremise de leur compte bancaire. Le diocèse de Bathurst est le premier dans la province à adopter cette façon de faire.

L'évêque du diocèse, Daniel Jodoin, le reconnaît, l'annulation des messes durant plusieurs semaines pendant la pandémie a fait mal aux paroisses sur le plan financier, et certaines étaient déjà dans un état précaire.

Mgr Daniel Jodoin, évêque du diocèse de Bathurst, au Nouveau-Brunswick.

Mgr Daniel Jodoin, évêque du diocèse de Bathurst.

Photo : Radio-Canada / François Vigneault

Sans célébrations eucharistiques, les communautés chrétiennes se sont ainsi vu privées de la quête, une source de financement très importante.

Les paroisses ont enregistré des pertes considérables, non seulement à cause de ces messes absentes, mais même là avec la reprise, c'est un nombre de fidèles limité aussi dans les églises. Alors les quêtes ne sont pas comme avant, indique monseigneur Jodoin.

De plus, des activités de regroupements comme les bazars, les loteries et les bingos, qui contribuent au financement des paroisses, sont interdites d'ici la fin de l'année. Pour aider les paroisses à renflouer leurs coffres, le diocèse offre donc aux fidèles de faire des dons bancaires préautorisés.

Si les personnes ne peuvent pas venir physiquement à l'église ou au presbytère, ils peuvent le faire de cette façon-là, souligne l'évêque du diocèse.

Les gens malades et les personnes en vacances peuvent ainsi faire une offrande à leur église sans avoir à se déplacer. Même chose durant les jours de tempête.

Roger Savoie, administrateur financier pour le diocèse de Bathurst, au Nouveau-Brunswick.

Roger Savoie, administrateur financier pour le diocèse de Bathurst.

Photo : Radio-Canada / François Vigneault

Les fidèles sont invités à remplir un formulaire, disponible dans les paroisses, qui répond aux règles et aux exigences de l'Association canadienne des paiements pour s'assurer que tout est légal. L'administrateur financier du diocèse, Roger Savoie, énumère les principales données que les paroissiens doivent fournir en remplissant le formulaire en question.

Ça prend premièrement le nom de la paroisse à laquelle ils désirent contribuer, leurs coordonnées personnelles, leurs coordonnées bancaires, le montant qu'ils veulent donner avec quelle fréquence.

Le prélèvement peut être effectué de façon hebdomadaire, aux deux semaines ou une fois par mois.

Voici ce à quoi ressemble le formulaire de dons préautorisés du diocèse de Bathurst que peuvent remplir les paroissiens.

Voici ce à quoi ressemble le formulaire de dons préautorisés du diocèse de Bathurst.

Photo : Radio-Canada / François Vigneault

Les gens qui sont intéressés de contribuer de cette façon-là, peuvent demander de recevoir un formulaire, le compléter et nous le retourner par la poste. Ensuite nous, on intègre ça dans l'application puis ensuite le processus est automatisé, ajoute Roger Savoie.

Il précise que l'entente de dons préautorisés peut être modifiée ou annulée avec un préavis écrit de 10 jours ouvrables.

Diane Cormier, de la localité de Free Grant, pose en compagnie de deux de ses petites-filles, Ève et Cécile.

Diane Cormier pose en compagnie de deux de ses petites-filles, Ève et Cécile.

Photo : Radio-Canada / François Vigneault

Déjà une centaine de fidèles du diocèse ont adhéré aux dons préautorisés. Diane Cormier, de la localité de Free Grant, dans la région Chaleur, apprécie le côté pratique de la chose.

Je n'ai plus besoin de penser à ça parce que moi je chante à l'église, ça fait j'aime beaucoup plus m'occuper de mon Prions en Église puis m'en aller avec l'idée de préparer mes chants d'église, indique Mme Cormier.

Le programme, qui existe depuis une dizaine d'années dans d'autres provinces canadiennes, aurait permis à certains diocèses d'augmenter leurs recettes de façon significative.

Dans certains endroits, ils nous ont dit que les quêtes, lorsqu'ils ont adhéré à ce moyen-là, ont augmenté en moyenne d'environ 40 %, souligne l'administrateur financier du diocèse de Bathurst.

Moins d'argent comptant

Monseigneur Jodoin, lui, estime que l'utilisation accrue de ce type de dons représente la voie de l'avenir pour les communautés chrétiennes.

Même à l'Oratoire Saint-Joseph [de Montréal], si vous allez là pour allumer des lampions, ce n'est plus de l'argent comptant. Vous utilisez votre carte de crédit et vous allumez le nombre de lampions que vous voulez, lance l'évêque, non sans laisser échapper un petit sourire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Société