•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les régions devront attendre pour une reprise des dessertes en autocar

Un autocar stationné.

Un autocar de Keolis stationné à Matane.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

Le transporteur Keolis Canada ne relancera pas, pour l’instant, ses liaisons de transport par autocar en région. Il doit d'abord faire ses premières expériences sur des routes principales avant d'aller plus loin.

Le programme financier du gouvernement, annoncé mercredi, prévoit cet aspect de la relance en autocar.

Un peu plus de 8 millions de dollars ont été prévus pour éponger un maximum de 75 % des dépenses d’une liaison.

Cette aide permettra à l'entreprise de reprendre dès vendredi son service d'autocars entre Montréal et Québec.

Le manque de rentabilité de certaines lignes et les mesures sanitaires strictes imposées par la pandémie rendent la reprise difficile, explique le PDG de l’entreprise, Pierre-Paul Pharand, qui prévoit cependant déposer une stratégie de relance au gouvernement le plus rapidement possible, mais pas avant quelques semaines.

C’est important de bien analyser, de développer une stratégie, de se rasseoir avec le ministère des Transports, dit-il.

Il précise que la suite des choses dépendra des résultats de la relance du service entre Montréal et Québec.

On ne peut pas repartir sachant très bien qu’on ne peut pas combler un déficit.

Pierre-Paul Pharand, PDG, Kéolis Canada

Les règles de sécurité imposées pour contrer la pandémie sont un véritable frein pour M. Pharand. Par exemple, chaque autocar ne pourra contenir que 14 passagers sur une possibilité de 52.

On s’est entendus avec le ministère des Transports pour créer un groupe de travail, pour voir [...] quelles mesures peuvent-être mises en place pour s’assurer qu’on protège le public voyageur, ce qui doit être la première priorité, et deuxièmement, comment on peut augmenter le nombre de passagers surtout si la demande existe.

La mesure restrictive à 14 nous a un peu pris par surprise, surtout si on se compare avec ce qui se fait à bord des autres moyens de transport. Ça va aussi faire partie de la discussion.

Pierre-Paul Pharand, PDG, Kéolis Canada
Autobus de la compagnie Intercar au terminus de Sept-Îles.

Autobus de la compagnie Intercar au terminus de Sept-Îles.

Photo : Radio-Canada

Des règles sanitaires pour les passagers

Les passagers qui prendront l'autocar dans les prochains jours, devront respecter des règles strictes.

Ils devront entre autres porter le masque et déposer eux-mêmes les bagages dans la soute. Il sera aussi interdit de manger dans les autocars ou d'aller aux toilettes et les enfants ne pourront pas voyager seuls.

L'entreprise Intercar a par ailleurs annoncé jeudi matin qu'elle reprendra ses liaisons entre Québec et le Saguenay. On ignore pour l'instant ses intentions pour la Côte-Nord. La direction veut étudier le programme du gouvernement pour connaître les impacts sur ses services.

Par ailleurs, la Fédération des transporteurs par autobus a salué l'octroi d'une aide financière de Québec pour relancer le transport interurbain par autocar. Les deux volets du programme seront analysés attentivement par les transporteurs et [ils] évalueront la possibilité de redémarrer leurs opérations dans les conditions proposées par le ministère des Transports, exprime l'organisme dans une lettre adressée aux médias.

Sept membres de la Fédération offrent des services d'autocar au Québec.

Pascal Bérubé, député de Matane-Matapédia et chef intérimaire du PQ

Pascal Bérubé, chef intérimaire du PQ et député de Matane-Matapédia

Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

Impatience

Le député de Matane-Matapédia demande d'agir rapidement comme pour le transport aérien.

C’est de rétablir cette liaison qui est tellement importante pour des gens qui n’ont pas de voiture, des gens qui ont besoin de se rendre à Québec ou Montréal pour des raisons de santé ou voir leur famille.

Ça fait partie des services essentiels dans notre région.

Pascal Bérubé, chef intérimaire du Parti québécois et député Matane-Matapédia

La situation est ennuyante pour la responsable d’une maison d’accueil, Anne-Marie Lamontagne. Ses jeunes pensionnaires comptent beaucoup sur l’autocar pour aller voir leur famille à Québec, à quatre de route de là. Ça veut dire encore une fois que le transport en commun c’est pour les grands centres et ça n'existe pas pour les régions.

Ça fait presque trois mois qu’un autocar ne s’est pas arrêté au terminus de Matane.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !