•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début des forums sur la réforme de la police à Toronto

Une jeune femme brandit une pancarte où il est écrit « Defund the police » devant un agent torontois.

Toronto cherche à réformer son service policier, alors que des militants et des élus réclament une baisse du budget de la police.

Photo : Radio-Canada / Rozenn Nicolle

Radio-Canada

Des dizaines de personnes doivent prendre la parole, jeudi, à un premier forum organisé par la commission des services policiers de Toronto sur la réforme du service de police.

Trois autres séances de consultation du genre par vidéoconférence sont prévues, soit vendredi ainsi que mercredi et jeudi de la semaine prochaine.

D'autres enjeux ont beaucoup retenu l'intérêt du public par le passé, mais jamais autant que cette question, et les forums qu'on a mis en place sont sans précédent, affirme la commission des services policiers.

Dans la foulée de la mort de George Floyd aux États-Unis et de celle à Toronto de Regis Korchinski-Paquet, une jeune femme noire tombée d'un balcon lors d'une intervention policière, la tension raciale a monté dans la Ville Reine.

Alors que certains militants et élus réclament une baisse immédiate du budget de la police pour réinvestir ces fonds dans des programmes communautaires et de santé mentale, le maire John Tory et la commission des services policiers prônent une démarche de réforme à plus long terme.

À l'initiative du maire, le conseil municipal a ainsi rejeté à la fin du mois dernier une motion visant à amputer de 10 % le budget de 1,2 milliard de dollars du corps policier, votant plutôt en faveur de la motion de M. Tory pour une réforme graduelle.

Cette réforme du maire inclut la création d'une unité sans agent pour répondre aux appels liés aux personnes en détresse psychologique et d'éventuels investissements dans les programmes communautaires, à la suite d'un examen du budget de la police.

La commission des services policiers qui devait débattre d'une réforme en juin a plutôt choisi d'organiser d'abord des consultations publiques sur la question.

Pas assez?

Pour sa part, le groupe Black Lives Matter réclame une réduction de 50 % du budget de la police pour maximiser les investissements dans le logement, la santé publique et les programmes contre la violence.

Cette demande est appuyée par d'autres groupes communautaires. Nous voulons nous allier aux résidents noirs et autochtones et dire : "ça suffit", dit Meghana Rajanahally, qui a participé à un rassemblement cette semaine en faveur du définancement de la police.

Semir Bulle, le confondateur du groupe Doctors for Defunding Police (Docteurs pour la réduction du budget de la police), demande plus de transparence dans l'élaboration du budget annuel du service policier. Nous voulons une analyse coût-bénéfice similaire à celle qu'on fait en médecine pour chaque dollar qui est dépensé, dit-il.

Le regroupement de docteurs est en faveur de l'idée de créer une unité spéciale, sans agent, pour répondre aux appels liés aux personnes en détresse psychologique.

John Sewell, un ancien maire de Toronto et le coordinateur du groupe Toronto Police Accountability Coalition (coalition pour l'imputabilité de la police de Toronto) se demande si la Ville passera vraiment de la parole aux actes. Ma crainte est que la commission des services policiers sera un obstacle au changement comme par le passé. (...) Ils sont toujours à l'écoute, mais quand c'est le temps de passer aux actes, ils ne font rien, affirme-t-il.

Avec les informations de CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Toronto

Forces de l'ordre