•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Un homme remplit un verre de bière en fût.

Plusieurs mesures seront mises en place par Québec pour mieux encadrer les bars dans le contexte de la pandémie.

Photo : Getty Images / nazdravie

Radio-Canada

Québec s'apprête à serrer la vis aux tenanciers de bar afin de mieux faire respecter les consignes sanitaires pour prévenir la propagation de la COVID-19, selon des sources consultées par Radio-Canada.

Le ministre de la Santé, Christian Dubé, et le directeur national de santé publique, le Dr Horacio Arruda, en feront l'annonce jeudi, à 13 h, dans une conférence de presse à Montréal.

Leur plan comprend quatre axes et serait en vigueur dès le week-end prochain.

D'abord, l'heure de fermeture des bars sera devancée à minuit, a-t-on confirmé à Radio-Canada.

Ensuite, un système de registre de la clientèle sera instauré. Les clients devront donc s'enregistrer en rentrant dans l'établissement de manière à faciliter le traçage en cas d'éclosion.

Les propriétaires de bars devront aussi s'assurer de limiter la capacité de leur établissement à 50 %, comme les restaurants doivent le faire afin de respecter la distanciation physique.

Enfin, plus de policiers seront présents pour patrouiller dans les environs des rues achalandées pendant les heures d'ouverture des établissements pour faire respecter les consignes.

« Ce gouvernement nous a menti »

Sans attendre l'annonce publique formelle, la Corporation des propriétaires de bars, brasseries et tavernes du Québec (CPBBTQ) a accusé le gouvernement du Québec d'avoir menti aux gens de l'industrie qui peinent à se relever des conséquences de la pandémie de COVID-19.

Ce gouvernement nous a menti depuis le tout début de la crise en nous promettant de respecter notre industrie tout en nous promettant de nous aider financièrement et surtout d'instaurer des mesures justes et équitables pour tous les tenanciers du Québec, a affirmé son président-directeur général Renaud Poulin.

Dans un communiqué de presse publié tard en soirée mercredi, M. Poulin a prédit que les mesures qui seront annoncées en point de presse jeudi après-midi [...] vont entraîner des centaines de propriétaires de bars à la faillite.

De son côté, le président fondateur de la Nouvelle Association des Bars du Québec (NABQ), Pierre Thibault, a rappelé que certains bars commençaient à peine à rouvrir leurs portes, après avoir été fermés pendant plus de trois mois.

En entrevue à La Presse canadienne, il a réclamé une intervention du ministère de l'Économie et de l'Innovation pour soutenir ces entreprises qui ont été fermées par les mesures d'urgence sanitaires. C'est juste impossible de dire à des entrepreneurs qu'on ne vous aide pas, a-t-il lancé.

Que ce soit dans l'aviation ou le secteur automobile, il y a toujours de l'aide pour compenser lorsqu'il y a des crises. Mais quand c'est les bars, on n'est jamais pris au sérieux.

Pierre Thibault, président fondateur de la Nouvelle Association des Bars du Québec

Il s'est dit très déçu que les propriétaires de bars soient ainsi abandonnés par le gouvernement, selon ses dires.

Je ne sais pas pourquoi le ministère de l'Économie et de l'Innovation est aussi absent de notre industrie. Pourtant, l'industrie des bars c'est 2000 établissements au Québec et 25 000 emplois, a-t-il précisé, tout en soulignant que les commerçants qu'il représente ne sont pas du tout contre les mesures de santé publique, mais qu'ils souhaitent de l'aide à même titre que n'importe quelle autre industrie qui fait rouler l'économie au Québec.

Craintes d'éclosions

Cette annonce est prévue alors que la santé publique et le gouvernement avaient déjà souligné s'inquiéter d'un certain relâchement quant au respect des mesures sanitaires. En somme, on craint que le déconfinement ne fasse repartir le nombre de nouveaux cas d'infection à la hausse.

Dimanche, la santé publique de la Montérégie a entre autres dû lancer un appel à tous les clients qui ont fréquenté un bar de Brossard le 30 juin dernier, où plusieurs personnes infectées à la COVID-19 ont été vues.

Le Dr Horacio Arruda a réitéré au début de la semaine qu'il réfléchissait fortement à rendre obligatoire le port du masque dans les lieux publics fermés partout au Québec, comme l'a déjà annoncé Montréal pour son territoire.

Avec les informations de Sébastien Bovet et de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique provinciale

Politique