•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une moule zébrée vivante dans la rivière Saint-François à Windsor

Une moule zébrée reposant sur une pierre.

Une moule zébrée vivante a été retrouvée dans la rivière Saint-François à la hauteur de Windsor (archives).

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Une moule zébrée vivante a été retrouvée dans la rivière Saint-François à la hauteur de Windsor. Par communiqué, le ministère de la Faune, des Forêts et des Parcs a indiqué, mercredi, que c'est la première fois que cette espèce envahissante est aperçue dans cet écosystème. 

Cette trouvaille est tout sauf une bonne nouvelle, car son impact peut être catastrophique pour les cours d’eau de la région, fait savoir Marie-Josée Goulet est biologiste au ministère de la Forêt, de la Faune et des Parcs.

Selon elle, la moule zébrée se reproduit rapidement, peut perturber la chaîne alimentaire, boucher les conduites d'eau et causer la prolifération d'algues. L'espèce est aussi présente dans lac Memphrémagog depuis 2017.

Une moule zébrée peut filtrer jusqu’à un litre d’eau par jour. Elle contribue à clarifier l’eau. Les plantes ont donc plus de lumière et vont donc se développer plus rapidement et envahir les cours d’eau, explique-t-elle.

Une autre importante répercussion que peut avoir de la moule zébrée, c’est qu’en filtrant l’eau, elle se nourrit de micro-organismes en grand nombre.

Ça diminue la nourriture qui est disponible pour les autres organismes aquatiques comme les poissons et les autres moules indigènes. Ça va avoir un impact sur toute la chaîne alimentaire.

Marie-Josée Goulet est biologiste au ministère de la Forêt, de la Faune et des Parcs

Sans le vouloir, les usagers lorsqu’ils se promènent avec leur matériel et leurs embarcations d’un lac à l’autre peuvent introduire l’espèce dans un milieu où elle n’est pas du tout présente, craint Marie-Josée Goulet.

Cette découverte inquiète Nicolas Bousquet, chargé de projet terrain au COGESAF, le conseil de gouvernance de l'eau des bassins versants de la rivière Saint-François.

On savait que l’espèce était présente dans certains plans d’eau de notre bassin. Mais qu’elle soit désormais présente dans la rivière Saint-François, c’est très inquiétant pour nous, indique-t-il.

Une fois que la moule est implantée dans un milieu, il devient extrêmement difficile de la déloger.

Nicolas Bousquet, chargé de projet terrain au conseil de gouvernance de l'eau des bassins versants de la rivière Saint-François

Selon lui, la solution est de faire de la sensibilisation pour éviter que la moule se rende dans de nouveaux plans d’eau sur la rivière Saint-François. La sensibilisation et le lavage des embarcations, c’est la clé du succès pour limiter sa propagation, croit-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Estrie

Protection des écosystèmes