•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Washington autorise la construction d’un terminal d’exportation de GNL en Oregon

Dan Brouillette en conférence de presse.

Le secrétaire à l'Énergie Dan Brouillette a signé le décret autorisant la construction du terminal (archives).

Photo : Getty Images / ODD ANDERSEN

Radio-Canada

Lundi, l’administration Trump a donné son accord formel à un projet de terminal d’exportation de gaz naturel liquéfié (GNL) en Oregon. Il s'agit du premier du genre sur la côte ouest des États-Unis. Le terminal, s’il est construit, sera la propriété de l’entreprise albertaine Pembina Pipeline.

Le secrétaire à l’Énergie américain Dan Brouillette a signé le décret concernant le terminal Jordan Cove, qui doit être construit à Coos Bay, dans le sud de l’Oregon. Il vise à exporter du gaz vers les marchés asiatiques. L’approbation du projet s’inscrit dans les efforts du gouvernement en place pour promouvoir et exporter les sources d'énergie fossile américaines malgré leur impact néfaste sur les changements climatiques.

Or, les autorités de l’Oregon soutiennent que l’ouvrage doit être approuvé par l’État avant de pouvoir aller de l’avant. Les gestes politiques de l’administration Trump ne changent rien au fait que le projet n’a pas la permission de l’État pour être construit, indique une porte-parole de la gouverneure démocrate de l’Oregon, Kate Brown.

Le secrétaire Brouillette soutient dans une déclaration que le projet industriel encapsule ce sur quoi l’administration Trump a travaillé fort dans les trois dernières années : offrir du gaz naturel fiable, abordable et plus propre à brûler à nos alliés à travers le monde.

S’il est complété, le terminal pourra exporter plus de 30 milliards de litres de gaz naturel par jour en provenance du Canada et des États-Unis.

Le terminal et le pipeline de 370 kilomètres qui doit y acheminer du gaz suscitent l’inquiétude du public et des autorités locales. Des préoccupations concernant l’impact potentiel de l’ouvrage sur des espèces menacées et des propriétaires terriens en ont déjà ralenti la progression.

Avec les informations de Associated Press

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Colombie-Britannique et Yukon

Industrie pétrolière