•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le maire d’Eastman pourrait être suspendu 20 jours

Une sculpture de la déesse romaine de la justice, balance et épée à la main.

Yvon Laramée aurait commis un manquement aux règles du Code d’éthique et de déontologie d'Eastman (archives).

Photo : iStock

Radio-Canada

Yvon Laramée, maire d’Eastman, pourrait être suspendu 20 jours pour avoir commis un manquement aux règles du Code d’éthique et de déontologie des élus de la municipalité.

Dans un document dont Radio-Canada Estrie a obtenu copie, il est spécifié que depuis le 3 septembre 2019, Monsieur Laramée a sciemment eu un intérêt indirect dans un contrat avec la municipalité, alors qu’il était créancier d’une dette contractée par l’entreprise Normand Jeanson Excavation inc. La nouvelle a d'abord été rapportée par La Tribune en début d'après-midi mercredi.

Toujours selon le document, l’entreprise a obtenu un contrat avec la municipalité pour le déneigement de chemins municipaux. De ce fait, le maire de la municipalité serait donc contrevenu aux règles du Code d’éthique et de déontologie des élus d’Eastman.

Un juge a entendu, mardi, la Direction du contentieux et des enquêtes de la Commission municipale du Québec (CMQ) ainsi qu’Yvon Laramée. La poursuite, tout comme le maire d’Eastman, se sont entendu sur une sanction qui est une suspension de 20 jours.

La recommandation conjointe de sanction est partie en délibéré, explique Isabelle Rivoal, porte-parole de la CMQ.

Selon cette dernière, Yvon Laramée aurait affirmé avoir mal interprété le code d’éthique de la municipalité et se serait mis involontairement dans cette situation.

La décision finale pourra prendre plusieurs semaines pour être connue, poursuit Mme Rivoal.

Par ailleurs, les enquêteurs de la CMQ estiment que la collaboration du maire dans cette affaire est considérée comme un facteur atténuant.

 On l’a échappé 

Le maire d’Eastman, Yvon Laramée, a expliqué en entrevue à Radio-Canada jeudi, qu’il avait agi en toute bonne foi.   « Croyez-vous sincèrement que si je savais que je me plaçais en conflit d’intérêts pour être réprimandé, je l’aurais fait? La réponse, c’est non », a-t-il souligné avant d’admettre qu’ on l’a échappé .

Je considère que tout a été fait de façon involontaire de ma part.

Yvon Laramée, maire d’Eastman

Il a expliqué qu’il n’avait maintenant plus aucun lien d’affaires avec l’entreprise Normand Jeanson Excavation inc. « Aussitôt que la commission m’a mis au fait que c’est ce qui aurait dû être fait, bien c’est ce qui a été fait », a-t-il mentionné.

M. Laramée estime qu’il aurait pu se défendre devant la commission plutôt que de plaider coupable. « Je fais ainsi sauver plusieurs milliers de dollars à mes contribuables en frais de défense. Parce que j’aurais pu plaider non-coupable et faire valoir mon point de vue, mais ça veut dire qu’il y aurait eu un procès », a-t-il expliqué.

Selon le maire, cette situation pourrait découler d’un  harcèlement politique répétitif . « J’en déduis (selon l’enquête) que ça fait plusieurs années que certaines personnes déposent des plaintes », a-t-il précisé.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Estrie

Politique municipale