•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Incendie à Ascot Corner : le propriétaire blâme une intervention trop lente des pompiers

Jean-François Loiselle devant les restes de son bâtiment d'Ascot Corner qui est parti en fumée.

Jean-François Loiselle, le propriétaire des lieux, blâme une intervention trop lente des pompiers.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le violent incendie qui a ravagé un duplex à Ascot Corner, mardi en fin d’après-midi, a jeté deux familles à la rue. Au lendemain de l'incident, le propriétaire du bâtiment se pose encore plusieurs questions. Selon lui, les pompiers sont arrivés sur les lieux beaucoup trop tard.

À l’arrivée des pompiers, l’incendie dans le bâtiment était généralisé. Jean-François Loiselle, propriétaire des lieux, était tout près du bâtiment lorsque l'incendie s'est déclaré vers 16 h 30. Selon ses dires, une des locataires a tout de suite contacté les pompiers lorsque le feu a pris naissance à l'arrière du bâtiment.

D’après lui, les premiers pompiers ne seraient arrivés qu’une quarantaine de minutes plus tard. Il avance également que le camion de pompiers et le restant des effectifs de la Régie intermunicipale d'incendie de la région d'East Angus ne seraient arrivés que beaucoup plus tard.

Je paie 400 $ de taxes par mois à la municipalité pour ça, pour payer les chemins, les casernes de pompier et toutes ces affaires-là, mais je n’ai pas eu droit à mon service.

Jean-François Loiselle, propriétaire des lieux

Le feu a eu le temps de se propager à travers tout le bâtiment qui est une perte totale.

La caserne située à deux kilomètres

M. Loiselle précise qu’il ne veut aucunement dénigrer le travail des pompiers. Mais il affirme ne pas comprendre leur intervention de mardi. Surtout que la caserne se trouve à moins de deux kilomètres de son bâtiment et qu’un trajet entre les deux ne prend pas plus de cinq minutes.

La maison était en feu d’un bout à l’autre et il n’y avait pas d’eau qui revolait dans les airs. On le voit sur une vidéo. Comment ça se peut? C’est incompréhensible, poursuit-il.

Tout s’est passé dans les règles

De son côté, Dany Robitaille, directeur de la Régie intermunicipale d'incendie de la région d'East Angus, regroupant les municipalités d'Ascot Corner, Westbury et East Angus, soutient que tout s’est passé dans les règles.

On est dans les règles du schéma incendie, même si ça ne fait pas l’affaire du propriétaire, lance-t-il en entrevue avec Radio-Canada Estrie.

Selon M. Robitaille, la Régie a reçu une carte d’appel à 16 h 49 précises. Les pompiers sont intervenus vers 17 h, soit quelque onze minutes plus tard, d’après lui.

Les pompiers d’Ascot Corner étant sur appel, ils ne se trouvent pas à la caserne 24 heures sur 24. Dans le cas d’un feu, ils ont 15 minutes pour se rendre sur les lieux. Selon M. Robitaille, le protocole aurait été respecté.

Des pompiers d'autres municipalités en renfort

Les pompiers des autres municipalités ont également été appelés en renfort et c’est ce qui aurait pris du temps avant l’arrivée des effectifs.

J’étais le premier véhicule sur place. À mon arrivée, le feu sortait déjà du toit et était répandu sur tous les étages.

Dany Robitaille, directeur de la Régie intermunicipale d'incendie de la région d'East Angus

On savait qu’on était en mode défensif. On a protégé les bâtiments aux alentours et la forêt derrière avant de prioriser le bâtiment et mettre de l’eau sur un feu dont le bâtiment était fini de toute façon, souligne-t-il.

Le fait que le bâtiment soit situé dans un endroit difficilement accessible pour les camions de pompiers et sans borne-fontaine aurait rendu la tâche des soldats du feu encore plus difficile, selon Dany Robitaille. [Le propriétaire] ne peut pas s’attendre à avoir un service [comme] en ville à côté des bornes-fontaines, conclut-il.

Une enquête est actuellement en cours par les pompiers pour déterminer les causes du sinistre.

La piste criminelle serait écartée, selon la Sûreté du Québec.

Avec les informations de Marion Bérubé

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Estrie

Incendie