•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Ville de Gatineau adopte deux résolutions pour venir en aide aux personnes itinérantes

Trois hommes regardent des policiers démanteler le campement installé sur un terrain gazonné.

Des agents du Service de police de la Ville de Gatineau ont démantelé un campement non loin du Gîte Ami, un refuge pour personnes sans-abri à Hull le printemps dernier (archives).

Photo : Radio-Canada / Christian Milette

Radio-Canada

La Ville de Gatineau a adopté unanimement mardi, lors de la dernière séance du Conseil municipal avant la pause estivale, deux résolutions permettant la mise en place de logements de transition pour les personnes en situation d'itinérance.

Le mois dernier, la police de Gatineau a démantelé des campements de sans-abris sur le terrain du Gîte Ami. À la fin du mois de juillet, une cinquantaine de personnes devront se trouver un nouvel endroit où rester puisque l'aréna Guertin ne pourra plus les accueillir.

La Ville a adopté une première résolution qui permettrait la construction d’un bâtiment du Gîte Ami de 20 chambres et de 20 studios. La deuxième prévoit la mise en place de logements atypiques sur le terrain de l’aréna Guertin, comprenant 45 chambres et une cafétéria dans des unités portatives.

C’est très nébuleux pour le moment. On avait parlé au début de septembre. Là, on est rendu en avril-mai, dit la directrice adjointe de BRAS Outaouais, Annie Castonguay. Ça ne sera jamais trop tard, c’est un besoin. Mais, on trouve que ça arrive lentement.

Bon nombre d'organismes s’inquiètent de l'avenir immédiat après la fermeture de l'aréna Guertin aux personnes en situation d'itinérance. On doit quitter bientôt l’aréna. Ce projet modulaire là, on aurait aimé qu’il voie le jour plus rapidement, ajoute Lise Paradis, directrice exécutive du Gîte Ami.

C’est encourageant, mais si ces projets-là avaient vu le jour il y a deux ans, trois ans ou quatre ans, on ne serait peut-être pas dans la situation où l’on est aujourd’hui.

Lise Paradis, directrice exécutive du Gîte Ami

C’est un beau pas pour l’année prochaine, et ça, on tient à le souligner, et on est vraiment contents. Mais pour maintenant ce qui va se passer, on ne le sait pas, explique Mme Castonguay.

Dans le dernier trois semaines, on a eu 4 décès, dit-elle. Ça, ça nous inquiète vraiment beaucoup. En plus, on ajoute à ça l’instabilité du logement.

Une opportunité manquée, selon François Roy

Le coordonnateur de Logemen'Occupe, François Roy, indique que les modules disponibles pour réaliser le projet de logements atypiques ne le sont plus. Selon les dernières informations que j’avais, les modules qui étaient disponibles pour réaliser un projet de 45 unités ne seraient plus disponibles. [...] Ça risque de prendre plusieurs mois.

Il estime que la construction de logements sociaux pourrait être la solution au problème d’itinérance.

Encore quelques mois, dit la Ville

Malgré l’urgence de la situation, la Ville indique que quelques mois seront nécessaires avant de trouver une solution.

Ça va prendre quelques mois. Ça prend une solution temporaire qui va être encore un modèle refuge pour que les personnes ne se retrouvent pas à la rue, indique la conseillère municipale du district Limbour, Renée Amyot. Elle rappelle qu’une cellule de crise a été mise en place afin de trouver une solution pour l’après-Guertin.

Sans logement, c’est difficile pour les personnes en situation d'itinérance d’entreprendre et maintenir un processus d'intégration sociale, conclut-elle.

Avec les informations de Christian Milette et d'Alexandra Angers

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Affaires municipales