•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le bras de fer d’une Manitobaine pour récupérer son chien retrouvé en Alberta

Un chien assis dans l'herbe avec ses jouets.

Zamboni était porté disparu depuis sept ans.

Photo : Facebook/Bring Zamboni Home

Radio-Canada

Une Manitobaine se bat pour récupérer son chien, disparu depuis sept ans, probablement après avoir été volé. Malgré la puce électronique qui identifie l’animal, les autorités l’ont rendu à une famille albertaine qui affirme en être la propriétaire légitime.

Le chien de Cindy Gutwein, Zamboni, un Staffordshire-bull terrier pure race, a disparu de la cour d’un ami au centre-ville d’Edmonton en avril 2013.

Zamboni et deux autres chiens étaient dans la cour. Cindy Gutwein les a entendus aboyer. Lorsqu’elle est sortie, Zamboni avait disparu.

Elle a immédiatement contacté des refuges pour animaux, publié sur Facebook et indiqué au fabriquant de la puce électronique que le chien avait disparu.

Elle a passé des années à éplucher les petites annonces et les groupes Facebook pour les propriétaires de chiens disparus dans l’espoir de retrouver son compagnon.

C’était évident pour nous tous qu’il avait été volé, dit-elle, nous pensions que quelqu’un l’avait pris pour un élevage.

J’avais le cœur brisé, dit Cindy Gutwein. Zamboni était son animal de compagnie et un chien d’un élevage spécialisé avec lequel elle participait à des compétitions partout au pays.

La quête pour retrouver Zamboni s’est terminée la semaine dernière, lorsque Cindy Gutwein, qui habite près de la Ville de Brandon au Manitoba, a reçu un appel provenant d’un vétérinaire à Beaumont, en Alberta, une municipalité au sud d’Edmonton.

Un homme avait trouvé un chien en cavale dans la rue et l’avait emmené chez le vétérinaire. Ce dernier a pu déterminer que Cindy Gutwein était la propriétaire du chien grâce à sa puce électronique.

J’étais sans voix, dit-elle, je ne pouvais pas croire qu’il avait été retrouvé et qu’il était encore vivant.

Cindy Gutwein s’est lancée dans des préparatifs pour aller chercher Zamboni en Alberta. C’est alors que l’homme ayant retrouvé son chien l’a rappelé pour lui dire qu’une famille avait vu sa publication sur Facebook avec le signalement de l’animal, et que cette famille soutenait que le chien lui appartenait.

L'homme a remis le chien au service municipal de contrôle des animaux.

Un porte-parole de la Ville de Beaumont, Mike Berezowsky, indique que des agents municipaux ont décidé de rendre le chien à la famille albertaine pendant l'enquête de la Gendarmerie royale du Canada (GRC).

Gros plan du visage de Zamboni qui fixe la caméra.

Une famille albertaine affirme que Zamboni habite avec elle depuis sept ans.

Photo : Facebook/Bring Zamboni Home

La famille a fourni des photos des enfants avec le chien quand ils étaient plus jeunes en guise de preuve de propriété, selon Mike Berezowsky.

Les enfants ont grandi avec ce chien et ils le voient comme une partie de la famille, poursuit-il.

Des agents d'exécution des arrêtés municipaux ont effectué un examen de santé et ont examiné la maison du chien, ne trouvant aucun signe de mauvais traitement, ajoute M. Berezowsky.

Deux revendications légitimes

Nous sentions qu’il était dans l'intérêt supérieur du chien, pour sa santé, pour son bien-être, qu’il soit avec la famille avec laquelle il est familier depuis sept ans, affirme-t-il. La Ville est dans une position difficile, puisque nous avons deux personnes qui semblent avoir des revendications pas mal légitimes concernant la possession de ce chien.

Le porte-parole municipal dit qu’il ne sait pas comment la famille a obtenu le chien.

Initialement, la GRC a dit lundi à Cindy Gutwein qu’ils mettaient un terme à leur enquête et que le chien resterait avec la famille albertaine, à moins qu’elle les poursuive en justice.

Nous avons examiné la question du mieux que nous pouvions pour voir si la famille était celle qui avait volé le chien. Nous n'avons trouvé aucune preuve raisonnable suggérant qu'elle était coupable, indique un courriel de la GRC envoyé à Mme Gutwein.

Après avoir été joint par CBC/Radio-Canada mardi, un porte-parole de la GRC de l’Alberta a indiqué que dans les faits, l’enquête était encore en cours, mais n’a pas fourni de détails supplémentaires.

Cindy Gutwein ne peut pas obtenir les informations de contact de la famille en question en raison de lois sur la protection de la vie privée.

Je ne veux pas que cette famille soit blessée, mais c’est mon chien, lance-t-elle.

Animaux de compagnie = propriété privée

Un avocat de Winnipeg qui a traité plusieurs affaires civiles portant sur la possession d'un animal de compagnie, Kevin Toyne, dit que la police et les agents municipaux ne participent généralement pas à ce type de différend, car il peut être difficile de déterminer qui est le propriétaire.

Pourtant, il est surpris que la police s'en remette à la famille de l'Alberta.

Si la GRC reçoit une preuve de propriété et n'en tient pas compte parce qu'elle pense que ce n'est pas important ou qu'elle pense en savoir plus, je ne pense pas que ce soit vraiment la place de la police, dit-il.

Des affaires comme celle-ci peuvent prendre des années et coûter des dizaines de milliers de dollars, note l’avocat.

Si l'affaire était portée devant les tribunaux, un juge dirait probablement que le chien appartient à Cindy Gutwein, poursuit-il. En effet, les animaux de compagnie et les animaux de ferme sont considérés comme des biens en vertu de la loi canadienne.

Il ne s'agit pas de qui est le meilleur parent ou la meilleure famille pour le chien. C'est qui, en droit, est le propriétaire de cet animal, ajoute Kevin Toyne. Cependant, si quelqu'un trouve l'animal et ne sait pas à qui il appartient, ce dernier lui appartient essentiellement à moins que le propriétaire légitime ne présente une preuve.

Pour prouver qu'un animal de compagnie vous appartient, indique l’avocat, un propriétaire peut utiliser des preuves comme des puces électroniques, des tatouages, une preuve d'achat, des factures vétérinaires ou un permis animalier.

Avec les informations de Marina von Stackelberg

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Animaux de compagnie