•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un pas de plus vers une coopérative de transport aérien sur la Côte-Nord

Un avion sur la piste d'atterrissage de l'aéroport de Sept-Îles photographié de la bordure de la piste à travers la clôture.

La suspension indéfinie de plusieurs escales et liaisons d’Air Canada crée un contexte favorable pour réfléchir au système aérien sur la Côte-Nord, pense le maire de Sept-Îles (archives).

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Mageau

Marie Kirouac-Poirier
Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La création d'une coopérative de transport aérien serait une solution gagnante afin de garantir une offre de service convenable sur la Côte-Nord, indique un rapport commandé par les préfets des MRC de la région dévoilé mercredi.

Ce rapport, intitulé Repenser la desserte aérienne de Sept-Îles et sa région, a été réalisé par l’Institut de recherche en économie contemporaine (IREC).

Il fait état d'un système tributaire de l’offre et de la demande qui est déficient et qui ne parvient pas à desservir convenablement les Nord-Côtiers.

Le rapport indique aussi que la mise sur pied d'une coopérative de solidarité est la voie à privilégier pour la mise en œuvre de solutions de transport aérien orientées sur l’intérêt général et le bien commun, peut-on lire dans le communiqué diffusé par la Ville de Sept-Îles à ce sujet.

Destination coopérative

Le projet de créer une coopérative de transport aérien avait déjà été évoqué par certains élus de la Côte-Nord.

Le rapport vient confirmer que leur idée d'inclure la population ainsi que les instances locales et gouvernementales dans la gestion du transport aérien pourrait contribuer à améliorer les services offerts.

Selon le maire de Sept-Îles, Réjean Porlier, le projet de coopérative pourrait se décliner de différentes façons.

Est-ce que c’est une coopérative pour la négociation de billets, de parcours, d’itinéraires, ou est-ce que c’est une coopérative dans la forme d’entreprise aérienne qui est une coop? Il peut y avoir plusieurs façons d’accoucher cela, précise le maire.

« Je pense que tout le monde devrait comprendre que le modèle coop, ou quelque chose qui ressemble à ça, viendrait assurer une stabilité. »

— Une citation de  Réjean Porlier, maire de Sept-Îles
Il porte une chemise et un veston à l'occasion de la rencontre du Nouvel An.

Le maire de Sept-Îles croit que créer une coopérative pour le transport aérien dans la région est une solution gagnante (archives).

Photo : Radio-Canada

Le modèle coopératif assurerait aussi de garder le contrôle sur le coût des billets d’avion, pense le maire.

Une coop où la population deviendrait propriétaire, parce qu’actionnaire, parce que membre de la coop, c’est drôlement intéressant. Ce qui a toujours fait mal au niveau des prix des billets, c’est qu’aussitôt qu’une entreprise embarquait pour compétitionner moindrement efficacement, Air Canada faisait tomber la compétition en présentant des prix très bas. Alors qu’une coop, ça amène aussi une fidélité, défend M. Porlier.

Selon le maire, le ministre des Transports du Québec, François Bonnardel, a indiqué en rencontre mardi que ce rapport était sérieux et bien fait.

Commandé en décembre dernier, il est entre les mains des élus depuis quelques semaines déjà.

La suspension indéfinie de plusieurs escales et liaisons d’Air Canada la semaine dernière et le contexte de crise que cela provoque est un moment opportun pour mettre le projet de coopérative de l’avant, indique Réjean Porlier.

De l'autre côté du fleuve, au Bas-Saint-Laurent, un projet de ligne aérienne régionale a été présenté. Des élus de la Côte-Nord et des Îles-de-la-Madeleine se sont dits ouverts, mais pas convaincus que ce soit la seule solution.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !