•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des fonds investis pour un projet de développement dans une forêt unique au monde

Un sentier en bois entouré de grands arbres.

La forêt Chun T'oh Wudujut compte certains des plus grands cèdres de la province.

Photo : Gouvernement de la Colombie-Britannique

Radio-Canada

Grâce à un investissement des gouvernements provincial et fédéral, la Première Nation Lheidli T’enneh de la Colombie-Britannique pourra entreprendre un ambitieux projet de développement dans le parc provincial Ancient Forest, qui abrite une forêt pluviale tempérée unique au monde.

La Première Nation entend utiliser les fonds pour construire des sentiers de randonnée, une tente de sudation, une maison semi-souterraine, un belvédère et améliorer des installations déjà en place dans le parc appelé Chun T’oh Whudujut dans la langue Lheidli. Elle souhaite aussi établir un centre permettant de partager la culture Lheidli T’enneh avec les visiteurs.

Nous reconstituons notre histoire et nous voulons la présenter au monde, explique le chef Lheidli T’enneh, Dayi Clay Pountney.

La réalisation du projet de 8,7 millions de dollars devrait prendre 3 ans.

Des emplois pour la communauté

Le responsable du développement économique de la communauté, Rena Zatorski, affirme dans un communiqué que le projet fournira des emplois durant la construction, mais aussi à plus long terme, notamment pour des guides et des interprètes.

Le projet nous permet de partager une partie de notre territoire qui est très spéciale pour nous. Nous voulons faire en sorte que l’expérience des visiteurs soit mémorable, soutient Rena Zatorski.

Située à 120 km de Prince George, la forêt Ancient Forest, ou Chun T'oh Wudujut, est célèbre pour ses cèdres de plus de 1000 ans dont le diamètre peut dépasser 16 m. Elle a comme particularité d’être la seule forêt pluviale loin de l'océan connue dans le monde.

En 2016, le gouvernement provincial a annoncé qu’il protégerait un secteur de cette forêt en le transformant en parc. Deux ans plus tard, Victoria a signé une entente prévoyant de travailler de pair avec la Première Nation pour la planification et la gestion du parc.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Faune et flore

Environnement