•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des travaux font mal à des commerçants de Beauport

Des affiches, des cônes et des barrières indiquant que le boulevard Louis-XIV est fermé.

Le boulevard Louis-XIV est fermé entre les rues Guérard et Thomassin.

Photo : Radio-Canada/Jean-François Nadeau

Les travaux de réfection, sur le boulevard Louis-XIV à Beauport, causent des pertes financières importantes à certains commerçants du secteur. Ils dénoncent notamment l’affichage déficient pour accéder à leurs entreprises.

Les travaux de remplacement d’un ponceau ont débuté au début du mois de juin et vont se poursuivre jusqu’à la fin août.

Le boulevard Louis-XIV est fermé entre les rues Guénard et Thomassin, tout juste devant la friperie Aux petites trouvailles. Il s’agit d’une courte section de l’artère.

Le chantier de construction devant la friperie Aux petites trouvailles. Il y a une pelle mécanique et un grand trou.

Le chantier de construction devant la friperie Aux petites trouvailles.

Photo : Radio-Canada/Jean-François Nadeau

Toutefois, des clôtures installées quelques centaines de mètres plus loin, de chaque côté du chantier, incitent les automobilistes à faire un détour.

C’est un peu Beyrouth. Il y a comme un cratère en avant de la bâtisse. On est les pires, on est enclavés. C’est pénible pour les clients parce qu’il n’y a pas d’affichage qui indique comment se rendre à nos commerces, soutient le propriétaire de la friperie, Louis Martin.

Une partie du chantier avec des immeubles commerciaux en arrière-plan.

L'accès à certains commerces est plus difficile en raison des travaux.

Photo : Radio-Canada/Jean-François Nadeau

Le café Tatum est situé à l’est du chantier, quelques centaines de mètres en dehors de la zone fermée officiellement. Son propriétaire fait le même constat.

L’affichage indique rue bloquée. Du côté de Seigneuriale, c’est très compliqué venir ici. On parle de petites rues qui n’ont pas été conçues pour faire des détours. La Ville, en plus, fait faire un détour jusqu’au boulevard Raymond, ce qui fait que les gens nous contournent carrément, affirme le président-directeur général des Brûleries Tatum, Luc Gaulin.

Baisses de revenus

Après les fermetures et les mesures sanitaires strictes imposées par la pandémie, ces travaux provoquent des baisses de revenus majeures au moment où les affaires commencent à reprendre tranquillement.

C’est un peu décourageant. À cause des travaux, l’achalandage vient de couper de 80 %. On venait d’investir massivement sur une terrasse. Le résultat, c’est que la terrasse est vide. Ça aurait été une bonne idée que les travaux débutent pendant le gros du confinement, quand tout était fermé, lance Luc Gaulin.

En comparaison à ce qu’auraient dû être les mois de juin et juillet, on a environ des pertes de 20 % à 30 % de chiffre d’affaires, ajoute Louis Martin, propriétaire de la friperie.

Échéancier imposé

La Ville de Québec soutient que les travaux ne pouvaient pas se faire à un autre moment.

De tels travaux dans une rivière sont soumis aux normes d’un certificat d’autorisation du ministère de l’Environnement. Ce certificat prescrit, notamment, la période autorisée pour réaliser des travaux dans une rivière. De ce fait, il était impossible de réaliser ces travaux à une autre période, écrit la conseillère en communication de la Ville, Wendy Whittom.

Pas de réponse

Le propriétaire du café Tatum dit avoir tenté à plusieurs reprises de joindre la Ville de Québec pour avoir des explications sur les travaux et l’autorisation de mettre des affiches dans les rues du quartier qui indiquent la façon d’accéder à son commerce.

Il affirme n’avoir jamais eu de retour d’appel et a donc décidé lui-même de poser des affiches.

Ma crainte, c’est qu’une fois que les gens vont avoir pris l’habitude d’aller ailleurs, ça va être difficile de les faire revenir, explique Luc Gaulin.

Les deux entrepreneurs souhaitent pouvoir bénéficier de compensations financières de la Ville, comme ça a été le cas pour les commerçants de la route de l’Église.

Aucune compensation

La situation est différente et ils ne répondent pas, selon la Ville de Québec, aux critères du programme d’aide.

L’accès aux commerces situés à l’est et l’ouest du boulevard Louis-XIV demeure possible en tout temps, sans aucune restriction, affirme par écrit l’administration municipale.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Économie