•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Hurons-Wendat veulent faire partie du projet d'agrandissement du Port de Québec

Konrad Sioui, le grand chef de la nation huronne de Wendake, en banlieue de Québec.

Konrad Sioui, le grand chef de la Nation Huronne-Wendat, en banlieue de Québec

Photo : Radio-Canada

Le grand chef de la Nation Huronne-Wendat, Konrad Sioui, donne son appui au projet de terminal de conteneurs du Port de Québec. Il souhaite même que Wendake puisse en devenir actionnaire.

Konrad Sioui estime que le projet Laurentia sera bénéfique pour l'économie de la région.

S’il souhaite que les Hurons-Wendat puissent collaborer au projet, c’est surtout pour s'assurer qu'il respectera l'environnement.

Ce serait bien que la Nation soit impliquée directement, pour protéger la question environnementale. Être une police d’assurance, siéger sur les conseils d’administration, être partie prenante. On va aussi loin que trouver du financement pour participer comme actionnaire et avoir une voix, affirme Konrad Sioui.

Le projet Laurentia du port de Québec.

Le projet Laurentia du port de Québec

Photo : Port de Québec

Ouverture au partenariat

Le président-directeur général du Port de Québec, Mario Girard, se dit heureux et honoré que les Hurons-Wendat appuient le projet. Il est également ouvert à l'idée qu'ils investissent dans le terminal.

Ils corroborent notre respect de l'environnement et pour nous, ça a une grande valeur. Nous avons ouvert les discussions récemment. Pour nous, ce serait un privilège que les Hurons-Wendat soient dans l'actionnariat. Espérons en arriver à quelque chose qui va satisfaire les deux parties, affirme Mario Girard.

Mario Girard, président-directeur général du Port de Québec.

Mario Girard, président-directeur général du Port de Québec

Photo : Radio-Canada

Le projet

Rappelons que le Port de Québec souhaite aménager un terminal de conteneurs de 775 millions de dollars dans le secteur de Beauport. Il aurait en longueur l'équivalent de six terrains de football, serait électrifié et presque entièrement automatisé.

Selon les plans initiaux, la construction devrait débuter en 2021.

Expertise

Le grand chef Sioui mentionne que plusieurs organismes de Wendake possèdent l’expertise nécessaire pour évaluer les répercussions du projet Laurentia sur les habitats d’espèces qui vivent dans le fleuve Saint-Laurent.

On a des entreprises de recherche dans le domaine du bar rayé. On a des spécialistes de l’anguille. On a beaucoup, beaucoup de cordes à notre arc. On ne veut pas juste être des gens qui vont appuyer un projet pour appuyer un projet, illustre Konrad Sioui.

Réponse aux Mohawks?

Les dirigeants de la nation mohawk ont exprimé des craintes, il y a quelques années, concernant le projet Laurentia. Ils se disent plus favorables au projet de terminal de conteneurs de l'Administration portuaire de Montréal, à Contrecoeur.

Konrad Sioui tient à les rassurer.

On n’est pas à Contrecoeur ici, on n’est pas à Montréal ici. On travaille pour notre région. Les Mohawks avaient soulevé des inquiétudes, il y a quelques années, concernant le bar rayé et son habitat. Nous sommes en train de faire des études. Que personne ne s’effraie. On est sur le dossier, affirme le grand chef de la Nation Huronne-Wendat.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Développement durable