•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une Winnipégoise poursuit un foyer de soins pour la mort de sa mère

Le doigt de la patiente est enserré dans un dispositif qui mesure les signes vitaux.

Jodie Mancusi et la succession de sa mère réclament 1,75 million de dollars en dommages-intérêts, y compris des dommages-intérêts punitifs en raison de « la conduite scandaleuse et illégale des accusés. »

Photo : Reuters / Christian Hartmann

Radio-Canada

La Winnipégoise Jodie Mancusi accuse de négligence le foyer de soins Kildonan Personal Care Home, géré par la multinationale canadienne Revera, ce qui aurait entraîné la mort de sa mère Iris Burke, âgée de 83 ans.

Dans les documents de la poursuite déposés à la Cour du Banc de la Reine le mois dernier, Jodie Mancusi allègue que le personnel du foyer de soins aurait ignoré un saignement au cerveau de sa mère.

Jodie Mancusi indique qu’elle aurait informé les membres du personnel que sa mère se comportait bizarrement, mais ceux-ci auraient ignoré ses plaintes.

Mme Mancusi souligne que sa mère avait déjà subi un accident vasculaire cérébral en 2009, raison pour laquelle elle s’inquiétait que le comportement étrange soit le signe d’un autre accident vasculaire cérébral.

Le personnel du foyer n’a pas pris les plaintes de Jodie [Mancusi] au sérieux. Ils ont ignoré le changement de comportement de la mère de la plaignante et n’ont pris aucune mesure pour garantir qu’elle reçoive un traitement adapté, indiquent les documents.

Iris Burke n'avait aucune réaction lorsqu'elle a été trouvée dans son lit 11 jours plus tard. La poursuite allègue que lorsqu’elle a été amenée à l’hôpital, une hémorragie cérébrale de la taille d’une balle de golf a été découverte.

Elle est morte le 30 juin 2018 des suites de cette hémorragie, déclarent les documents de poursuite.

Jodie Mancusi et la succession de sa mère réclament 1,75 million de dollars de dommages-intérêts, y compris des dommages-intérêts punitifs en raison de la conduite scandaleuse et illégale des accusés.

Les accusés sont bien conscients que leur volonté de maximiser les bénéfices de leur entreprise a comme effet d'offrir de mauvais soins aux résidents, de causer des blessures, des douleurs et des souffrances graves et une mort prématurée et douloureuse pour les résidents du foyer de soins Revera, indiquent les documents de poursuite.

Les accusés nommés dans la poursuite sont la multinationale Revera, ses diverses filiales ainsi que cinq médecins, 10 employés de soutien personnel et des infirmières non identifiés.

Aucune des allégations n’a été prouvée devant les tribunaux et aucune défense n’a été déposée.

Dans une réponse écrite, un porte-parole de Revera déclare que l'entreprise ne peut pas se prononcer au sujet des soins reçus par Iris Burke en raison de ses politiques sur le respect de la vie privée.

Le porte-parole précise cependant que la multinationale est déterminée à fournir un environnement sûr, attentionné et favorable dans lequel tous [les] résidents sont traités avec dignité et respect.

Avec des informations de Kristin Annable

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Procès et poursuites