•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les évêques catholiques du Québec font fi du décret d'urgence sanitaire

Ils autorisent les rassemblements de plus de 50 personnes dans les églises depuis le 1er juillet.

Un crucifix dans une église de Gatineau.

Les églises du Québec recommencent à accueillir des fidèles après le déconfinement.

Photo : Radio-Canada / Antoine Trepanier

« Le nombre n'est pas un enjeu », peut-on lire dans une missive envoyée par l'archevêque de Rimouski, Mgr Denis Grondin, aux curés de son diocèse le 30 juin dernier. Une bénédiction qui va en contradiction avec les directives du ministère de la Santé, qui limitent à 50 le nombre de fidèles, peu importe la dimension de l'église.

La lettre de l'archevêque Grondin commence ainsi : Mgr Pierre Murray, de l'Assemblée des évêques catholiques du Québec, nous informe que la limite maximale de 50 personnes lors d'un rassemblement ne s'applique pas aux églises.

La position officielle de l'Assemblée des évêques repose essentiellement sur les propos tenus par le directeur national de la santé publique, le 29 juin lors d'une conférence de presse tenue à Québec.

Questionné sur un rassemblement de 150 fidèles dans une église de Québec, le Dr Horacio Arruda avait alors mentionné que dans les églises, les chiffres vont monter sous peu. Il avait aussi laissé entendre que le nombre de 50 personnes maximum n'était pas un réel enjeu si les autres règles étaient respectées.

Ces propos ont été vus comme un feu vert donné aux églises pour tenir des rassemblements de plus de 50 personnes, soutient le secrétaire général de l'Assemblée des évêques catholiques du Québec, Mgr Pierre Murray, qui a aussitôt passé le mot à tous les diocèses.

Le Dr Arruda est le directeur national de la santé publique du Québec, une fois qu'il dit quelque chose, dans notre esprit, ça devient la règle.

Mgr Pierre Murray, secrétaire général, Assemblée des évêques catholiques du Québec
Des pèlerins sont assis dans des bancs et écoutent la messe.

Des pèlerins assistent à la messe à l'Ermitage Saint-Antoine.

Photo : Radio-Canada / Mélissa Paradis

Les évêques font faux pas

Or, malgré les mots prononcés par le Dr Arruda, le fait de permettre à plus de 50 fidèles d'assister à la messe en même temps constitue une infraction des directives sanitaires enchâssées dans le décret mis à jour le 25 juin dernier et qui fait force de loi.

Contrairement au message transmis par l'archevêque de Rimouski à ses pasteurs, le nombre demeure bel et bien un enjeu, confirme le ministère de la Santé du Québec.

[La règle des 50 personnes maximum] s’applique pour tous les lieux de culte, sans égard à leur grandeur, au port du masque, ou autre, a confirmé Marie-Claude Lacasse, du Service des affaires publiques et stratégies du ministère de la Santé, après avoir validé par deux fois ces informations auprès de ses supérieurs.

En théorie, la police pourrait donc intervenir pour forcer les prélats à respecter la loi.

Extrait du décret 689-2020 du 25 juin 2020 (Nouvelle fenêtre)

« Qu’un maximum de 50 personnes puissent :

1. faire partie de l’assistance d’un lieu de culte, une salle d’audience, dans une salle de cinéma ou dans une salle où sont présentés des arts de la scène, y compris dans les lieux de pratique et de diffusion »

Il ne s’agit pas d’une recommandation de la santé publique, mais d’une mesure obligatoire du décret 689-2020. Les églises sont tenues de respecter ces règles.

Marie-Claude Lacasse, Service des affaires publiques et stratégies, ministère de la Santé

Écart entre discours et décrets

Cette différence entre ce que l'on entend en conférence de presse et ce qui est inscrit officiellement sur papier n'est pas unique depuis le début de la crise, constate Mgr Murray, qui maintient sa position.

Il y a très souvent un écart entre l'annonce du premier ministre ou du Dr Arruda, le texte du décret, le texte des communiqués, ce que l'on dit dans les directions régionales de santé publique et l'application sur le terrain, indique-t-il.

L'évêque ne veut pas pour autant donner l'impression que l'Église prend à la légère la COVID-19, d'autant plus que la majorité des fidèles sont âgés, et donc, plus susceptibles de souffrir de complications de la maladie.

Nous avons soumis un protocole qui a été approuvé par le gouvernement et qui prévoit des règles sanitaires pour chacun des rites catholiques. On accroît aussi le nettoyage des lieux de culte, souligne le secrétaire général de l'Assemblée des évêques catholiques du Québec.

L'église aux lignes architecturales modernes.

La cathédrale du Christ-Roi de Gaspé

Photo : Radio-Canada / Martin Toulgoat

L'évêque de Gaspé, Mgr Gaétan Proulx, estime pour sa part que les églises, par leurs dimensions, permettent d'accueillir plus de 50 personnes sans que cela constitue un risque.

On nous a peut-être confondus avec les salles de spectacles ou les cinémas où l'espace n'est pas tout à fait adéquat, alors que dans l'église, on peut facilement s'étaler.

Mgr Gaétan Proulx, évêque de Gaspé

Encore plus de monde à la messe dimanche prochain

À Matane, le curé Auguste Agaï a confirmé à Radio-Canada que plus de 50 fidèles se sont présentés lors de deux messes célébrées en fin de semaine dernière, environ une soixantaine, note-t-il.

Il dit avoir fait respecter les mesures de distanciation physique à la lettre et que l'église Saint-Rédempteur, où se déroulaient les cérémonies, peut accueillir environ 85 personnes en respectant une distance de 2 mètres entre elles.

L'église et son clocher construit à côté.

Église Saint-Rédempteur, Matane

Photo : Radio-Canada / Luc Paradis

Le nombre de messes est passé de deux à trois la fin de semaine dernière, afin d'éviter de trop grands rassemblements, mais ce sera de courte durée, car il n'y en aura que deux en fin de semaine prochaine, mentionne le curé.

Auguste Agaï s'attend donc à ce qu'un plus grand nombre de fidèles assistent aux célébrations de samedi et de dimanche.

Nous ouvrons nos églises progressivement, pas toutes à la fois, quand on fait l'expérience d'ouvrir une église, cela peut servir pour d'autres, mentionne le curé, qui dit suivre à la lettre les directives du diocèse.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !