•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La plage de Douglastown malmenée par les campeurs

Une tente installée sur la plage de Douglastown

La plage de Douglastown est un lieu prisé pour le camping sauvage.

Photo : Radio-Canada / Martin Toulgoat

Excréments humains, papier hygiénique souillé, siège de voiture abandonné… Les déchets laissés par des campeurs sur la plage de Douglastown, à Gaspé, dérangent des citoyens, qui ont manifesté leur mécontentement sur les médias sociaux au cours des derniers jours.

Il y a des gens qui ont commencé, avec leur camion ou leur voiture, à empiéter sur les dunes, qui sont fragiles, et déjà les traces sont irréparables, raconte un résident de Douglastown, Gérard Gagnon.

Une banquette de voiture laissée à l'abandon sur la plage, près d'un tas de branches.

Des campeurs ont laissé un banc de voiture sur la plage de Douglastown, considérée comme un milieu fragile.

Photo : Radio-Canada / Martin Toulgoat

Un panneau de signalisation du ministère de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques indique pourtant que les véhicules sont interdits dans cette zone considérée comme un milieu fragile.

La Ville de Gaspé affirme ne pas avoir l'autorité d’intervenir, puisque la plage appartient au ministère de l'Énergie et des Ressources naturelles.

Vue de la plage de Douglastown, avec un camion sur le barachois.

Les véhicules sont interdits sur le barachois.

Photo : Radio-Canada / Martin Toulgoat

Encadrer sans interdire

Un comité citoyen, dont fait partie Gérard Gagnon, souhaite préserver les lieux en encadrant le camping sauvage, comme plusieurs autres provinces canadiennes le font déjà.

Il veut notamment aménager des équipements sanitaires, en installant par exemple des poubelles, qui sont absentes sur le territoire de la plage. Son plan inclut également l’ajout de signalisation pour préserver le barachois.

Si on veut conserver l’accès à la plage, il faut adopter des moyens adéquats. On ne veut pas bloquer l’accès, mais on veut que les gens arrivent équipés pour ramasser leurs déchets.

Une citation de Gérard Gagnon, résident de Douglastown

Des campeurs rencontrés mardi refusent d’ailleurs d’avoir à payer pour le comportement destructeur de ceux qu’ils qualifient d’une minorité de récalcitrants . Comme le dicton le dit : leave no trace. On ne laisse pas de trace. On part d'un endroit comme si on n'était jamais venu, disent-ils.

La Ville de Gaspé a récemment adopté un règlement qui interdit le camping sauvage dans les lieux publics, mais qui exclut les plages.

D'après un reportage de Martin Toulgoat

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Chargement en cours

Infolettre ICI Gaspésie

Une fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité régionale.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre d’ICI Gaspésie.