•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les festivals artistiques indépendants inventent le REFRAIN

Keith Kouna joue de la guitare devant une foule sur le bord de l'eau.

Keith Kouna au Festival de la chanson de Tadoussac en 2018 (archives)

Photo : Marc Loiselle

Michaële Perron-Langlais

En pleine pandémie, des organisateurs de festivals québécois, dont plusieurs dans l'Est-du-Québec, s'unissent pour faire face à la crise qui les a frappés de plein fouet. Si cette alliance était au départ une façon informelle de se soutenir entre eux, elle a finalement mené à la création du Regroupement des festivals régionaux artistiques indépendants, le REFRAIN.

Cette nouvelle organisation compte déjà plus d'une quarantaine de membres qui proposent des événements dans les domaines de la musique, des arts visuels, de l’humour et de la littérature, entre autres.

Les Sœurs Boulay, micros à la main, devant une foule de jeunes.

Les Sœurs Boulay accompagnées de 400 jeunes chanteurs de partout en Gaspésie au Festival en chanson de Petite-Vallée (archives)

Photo : Festival en chanson de Petite-Vallée / André Bujold

Ils ont tous en commun d’être des festivals à vocation artistique qui ont de l’audace dans les programmations, précise le directeur du Festival en chanson de Petite-Vallée et membre du REFRAIN, Alan Côté.

Ce sont des festivals qui ont un souci de l’émergence, des choses qui ne sont pas nécessairement, je dirais, sur l’autoroute du show-business. Ils ont des missions de découverte et arrivent à donner la chance à d’autres artistes d’avoir des tribunes, de s’épanouir.

Le développement économique et touristique de leur région et l’aspect communautaire doit également être au cœur des préoccupations des événements membres.

Membres du REFRAIN dans l’Est-du-Québec :

  • Festival en chanson de Petite-Vallée
  • Festival Musique du Bout du Monde
  • Festival BleuBleu
  • Fête du bois flotté
  • Rencontres internationales de la photographie en Gaspésie
  • Festival La Virée
  • Festi Jazz de Rimouski
  • Festival de la chanson de Tadoussac
  • Festival Eau Grand Air de Baie-Comeau

Partager les bons coups

Même si le REFRAIN annonce aujourd’hui sa création officielle, certains de ses membres se sont rencontrés virtuellement à plusieurs reprises depuis avril dernier, parfois plus d’une fois par semaine.

À l’occasion, différents experts ont été invités pour informer les organisateurs d’événements sur les mesures gouvernementales disponibles pour les aider à affronter les défis liés à la COVID-19, raconte Alan Côté.

Le regroupement vise aussi la mise en commun de l'expertise de ses membres. De partager les bons coups, c’est une belle chose, ajoute le directeur du Festival de Petite-Vallée. Ça m’a beaucoup stimulé de me retrouver, je dirais comme doyen, parce que je suis un aîné parmi ces jeunes directeurs de festivals.

Des musiciens performent sous des projecteurs, dans un chapiteau.

Mackjoffat partage la scène avec Kid Koala au Festi Jazz de Rimouski (archives).

Photo : Radio-Canada / Laurence Gallant

L’expérience des quelques vieux sages que nous sommes, ça nous amène à partager nos expertises et, en même temps, à profiter des bougies d’allumage que sont ces belles nouvelles têtes de jeunes qui sont pleines d’idées.

Alan Côté, directeur du Festival en chanson de Petite-Vallée

Alan Côte souligne que ces échanges ont déjà mené à des initiatives concrètes. Par exemple, on a fait, à la Saint-Jean-Baptiste, quatre spectacles en même temps, rappelle-t-il. C’est parti d’une idée de quelqu’un qui a dit : "J’ai un petit train et je vais faire mes spectacles sur le train."

Je me suis dit : "Comment je peux faire mon train à ma façon?" On a fait quatre lieux et quatre shows. C’est jouer au ping-pong avec les uns, les autres, et faire jaillir le génie, s’exclame-t-il en riant.

Défendre les festivals auprès des décideurs

Le directeur du Festival en chanson est convaincu que le REFRAIN aura un rôle important à jouer, bien au-delà de la crise sanitaire. Il va y avoir une grande période de réajustement, dit-il. Comment va-t-on revenir à la normale? Comment va-t-on séduire nos publics? Les choses vont changer, c’est sur, pour quelques années. La normale ne sera peut-être plus la même qu’elle était.

Cet organisme-là va certainement nous aider à nous épanouir et à faire en sorte qu’on ressorte très gagnants de ces contraintes que nous a apportées la pandémie, ajoute-t-il.

C’est vraiment une organisation qui pourra défendre nos intérêts auprès des décideurs et qui pourra apporter notre vision, nos pistes de solutions.

Alan Côté
Des gens dansent avec le sourire aux lèvres.

Les sets carrés sont populaires au Festival La Virée, à Carleton-sur-Mer (archives).

Photo : courtoisie Estelle Marcoux

Alan Côté ajoute que, dès l’automne, certains membres pourront bénéficier du soutien du REFRAIN. Il y a plein de collègues qui ont des festivals à l’automne, indique-t-il. Je pense à la Virée, à Carleton-sur-Mer, au FME, en Abitibi. Ils sont encore dans l’incertitude. Est-ce que ça aura lieu ou pas? Nous, on est là pour les accompagner là-dedans.

Le regroupement prévoit se doter sous peu d’un directeur ou d’une directrice générale afin d’encadrer ses activités.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Arts