•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 transmissible par l’air : une « tempête dans un verre d’eau », selon la Dre Henry

Une personne qui éternue.

Le coronavirus se transmet d’une personne à l’autre par le biais des gouttelettes expulsées par le nez ou par la bouche.

Photo : iStock / PeopleImages

Sarah Xenos

Les autorités sanitaires de la Colombie-Britannique assurent que la controverse entourant la transmission de la COVID-19 par l’air est exagérée alors que des centaines de scientifiques ont cosigné une lettre demandant à l’Organisation mondiale de la santé (OMS) de revoir ses recommandations.

Originaires de 32 pays différents, les 239 scientifiques à l'origine de cette lettre avancent que des particules encore plus petites que celles observées précédemment peuvent servir de vecteur dans la transmission de la COVID-19. Ils demandent maintenant que la COVID-19 soit considérée comme une maladie transmissible par l’air au même titre que la varicelle et la rougeole.

L’OMS convient que des preuves émergentes doivent être prises en compte et publiera un rapport dans les prochains jours.

Nous travaillons sur ce rapport depuis plusieurs semaines et nous sommes en contact avec beaucoup de groupes, dont des épidémiologistes, des ingénieurs, des mathématiciens et des médecins, afin d’étudier le taux de croissance de la transmission, indique l'épidémiologiste Maria Van Kerkhove, l’une des responsables de la gestion de la pandémie à l'OMS.

 Bonnie Henry en conférence de presse.

La COVID-19 n’est pas transmissible sur de longues distances par les conduites d’aération, soutient la médecin hygiéniste en chef de la C.-B., Bonnie Henry.

Photo : Mike McArthur/CBC

La médecin hygiéniste en chef, Bonnie Henry, suggère toutefois que cette lettre ne fait que fomenter la controverse et que le désaccord entourant la transmission de la COVID-19 par l’air fait toujours partie d’un débat, tout comme c’est le cas pour d’autres maladies telles l’influenza.

Je pense qu’il s’agit un peu d’une tempête dans un verre d’eau. Nous sommes d’accord sur les extrêmes, mais nous ne nous entendons pas sur l’importance à accorder à ce qui se trouve entre ces extrêmes, a-t-elle expliqué lundi lors de son point de presse.

Depuis le début de la pandémie, tant la Dre Henry que l’OMS soutiennent que la COVID-19 se transmet par les gouttelettes projetées par le nez et la bouche et qui retombent relativement rapidement.

Elle explique que la transmission du virus requiert plus d’humidité et un contact plus rapproché entre les gens puisqu’il se propagerait plus particulièrement à travers de grosses gouttelettes.

Un virus transmissible par l’air serait quant à lui en mesure de voyager par les conduites d’aération, ce qui n’est pas le cas du SRAS-CoV-2, soutient la Dre Henry.

Ce n’est pas transmissible sur de longues distances par les conduites d’aérations. Nous sommes tous d’accord avec ça.

Dre Bonnie Henry, médecin hygiéniste en chef de la C.-B.

Elle indique également que le plan d'action de la province dépend de l’implantation de différentes mesures de protection afin d’éviter la propagation de ces gouttelettes. Cela inclut plusieurs types d’équipements de protection personnelle pour les travailleurs de la santé, en plus de mesures de distanciation physique et d’obligation du port du masque dans certains endroits.

C’est important de regarder les données, de voir où le virus s’est répandu et de s’adapter, au besoin en ajoutant des mesures, souligne-t-elle.

Le dernier bilan dévoilé mardi :

  • 12 nouveaux cas de COVID-19 en Colombie-Britannique, dont un confirmé de manière épidémiologique;

  • 2990 cas de COVID-19 depuis le début de la pandémie;

  • 183 personnes décédées des suites de la maladie;

  • 162 cas actifs;

  • 16 personnes hospitalisées, dont 4 aux soins intensifs.

Avec des informations de Bethany Lindsay

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Colombie-Britannique et Yukon

Santé publique