•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des parents frustrés devant les nouvelles règles du transport scolaire au Témiscamingue

Le devant d'un autobus scolaire, vu de côté.

Un autobus scolaire de la Commission scolaire du Lac Témiscamingue.

Photo : Radio-Canada / Tanya Neveu

Tanya Neveu

Plusieurs parents s’indignent devant les nouvelles règles concernant le transport scolaire du Centre de service scolaire du Lac-Témiscamingue.

À partir de la rentrée scolaire, les parents en garde partagée pourront obtenir le transport scolaire à partir d’une seule adresse, celle inscrite au dossier le 30 juin 2020.

Les élèves hors bassin, soit ceux inscrits dans une autre école que celle de leur secteur résidentiel, devront aussi être transportés par leurs parents.

Cette décision découle des mesures mises en place depuis la pandémie de la COVID-19.

Des parents insatisfaits

Karie Bernèche fait partie des parents touchés par les nouvelles règles mises en place pour le transport scolaire. Elle digère mal le message que lui a transmis le Centre de service scolaire.

À partir du moment où il va falloir définir lequel des deux parents a le travail le plus important, celui qui a le temps de conduire les enfants à l’école avec un horaire qui ne convient pas de tout à la réalité des entreprises publiques, j’anticipe que ça va soulever des conflits. Est-ce qu’on va devoir donner l’odieux de la décision aux adolescents pour savoir avec qui ils veulent passer l’année scolaire, s’interroge la mère de deux enfants.

Casse-tête à prévoir également pour Billy Bergeron qui travaille chaque matin à 6h30. L’horaire sera donc plus difficile à gérer.

Ça engendre des frais de plus. Quand tu ne calcules pas ça dans ton budget… il faut quand même que tu ailles porter ton enfant deux fois par jour. En plus, il y a des parents qui habitent vraiment plus loin que nous, remarque-t-il.

Également père de deux enfants, Patrick Guilbault n’a pas perdu de temps à signaler son mécontentement auprès de son centre de service.

Par courriel, il a soulevé son indignation et n’entend pas baisser les bras. Il espère que toutes les pistes de la solution seront envisagées par les décideurs.

Si je ne peux pas avoir accès au transport scolaire pour mes deux enfants en garde partagée, je songerai très sérieusement à porter plainte et à monter ce dossier à des paliers supérieurs. Comme payeur de taxes et comme parent, je juge cette situation inacceptable et ferai valoir le droit des parents de la région, a-t-il écrit.

Un choix difficile, mais nécessaire

Le Centre de service scolaire du Lac-Témiscamingue affirme avoir remué toutes les pierres avant d’arriver à cette décision.

Le régisseur au transport, Christian Beaulé, ajoute que les parents séparés ou hors bassin bénéficient depuis toujours d’une accommodation aux règles, mais qu’en raison des restrictions de la Santé publique, il n’est pas plus possible d’offrir ces accommodements.

Selon lui, ce ne sont pas toutes les commissions scolaires à travers la province qui donnent le service de transport à deux adresses différentes.

C’est clair qu’on savait qu’on allait avoir des réactions en lien avec ça. On a regardé toutes les autres possibilités avant d’en arriver à cette option-là. C’était la seule option qui pouvait nous accommoder en sachant très bien toutes les conséquences que ça l’amène, avoue Christian Beaulé.

Environ 275 élèves sont touchés par ces nouvelles règles sur le territoire du Témiscamingue.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Abitibi–Témiscamingue

Transports