•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La nièce de Donald Trump trace un portrait dévastateur du président et de leur famille

On voit le président Trump à l'avant-plan, mais le point focal porte sur des photographies en noir et blanc de ses parents, sur une table derrière lui.

Des photos de Fred et Mary Trump, les parents du président, sont exposées dans le bureau ovale.

Photo : Getty Images / Chip Somodevilla

Une vision du monde façonnée par le désir d'éviter la désapprobation d'un père despotique, une dynamique familiale marquée par la cupidité, les trahisons et les humiliations : voilà comment Mary Trump décrit l'enfance du président américain dans un livre à paraître qu'ont obtenu plusieurs médias américains.

Dans des mémoires de 240 pages intitulés Too Much and Never Enough: How My Family Created the World's Most Dangerous Man (Trop et jamais assez : comment ma famille a créé l'homme le plus dangereux du monde), Mary Trump lève le voile sur la jeunesse de son célèbre oncle et dissèque les comportements destructeurs de sa famille dysfonctionnelle.

Titulaire d'un doctorat en psychologie clinique, elle le présente comme un être narcissique, répondant aux neuf critères de la définition clinique. Plus encore, elle dresse le portrait d'un individu aux multiples troubles psychologiques, inapte à exercer la fonction de président.

Elle dépeint un environnement familial toxique dans lequel les abus allégués du patriarche, Fred Trump, auraient privé le jeune Donald de la capacité de développer et de vivre tout le spectre des émotions humaines, et va jusqu'à qualifier les deux hommes de sociopathes.

En empêchant Donald de vivre pleinement ses propres sentiments et en rendant bon nombre d'entre eux inacceptables, Fred a perverti la perception du monde de son fils et a nui à sa capacité à y vivre.

Mary Trump

Selon elle, Donald Trump a, par ses comportements, soigneusement cherché à éviter le mépris qu'affichait son père pour son frère, de sept ans son aîné, et a réservé à ce dernier le même manque de respect.

Pour Fred Trump père, qui faisait de son fils éponyme un souffre-douleur qu'il ridiculisait, la sensibilité, les erreurs et les excuses étaient un signe de faiblesse, affirme Mary Trump.

Donald Trump, qui évalue les autres en termes monétaires et a appris à mentir pour convaincre les gens qu'il était meilleur qu'il ne l'était en réalité, a érigé la tricherie en mode de vie, poursuit-elle. Elle va jusqu'à affirmer qu'il faisait faire ses devoirs par l'une de ses soeurs et qu'il a payé quelqu'un pour passer à sa place l'examen d'admission des universités américaines.

L'ego de Donald a été et reste une barrière fragile et inadéquate entre lui et le monde réel, auquel, grâce à l'argent et au pouvoir de son père, il n'a jamais eu à faire face.

Mary Trump

Mary Trump se permet en outre de citer sa tante Maryanne Trump Barry, une juge fédérale à la retraite, qui aurait dit de son frère, lors du lancement de sa campagne présidentielle, qu'il était un clown. Selon sa nièce, l'ancienne magistrate aurait été particulièrement déconcertée par l'attrait que son frère, un homme sans principes, exerçait sur les évangélistes.

Un danger pour les États-Unis

La nièce du 45e président américain ne passe pas par quatre chemins pour décrire les risques que pose, selon elle, Donald Trump pour les États-Unis.

Si on lui accorde un second mandat, ce sera la fin de la démocratie américaine, argue-t-elle.

Donald, suivant l'exemple de mon grand-père et avec la complicité, le mutisme et l'inaction de ses frères et sœurs, a détruit mon père. Je ne peux pas le laisser détruire mon pays, écrit Mary Trump, dont le père, Fred, le frère aîné du président, a succombé à une crise cardiaque découlant de ses problèmes d'alcoolisme alors qu'elle-même n'était qu'une adolescente.

Dans une entrevue accordée au Washington Post l'an dernier, Donald Trump, qui n'a pas l'habitude de faire son mea-culpa, a exprimé des regrets sur les pressions que lui et son père ont exercées sur Fred Trump, qui aspirait à devenir pilote de ligne plutôt que de travailler dans l'entreprise familiale.

Démenti de la Maison-Blanche

La page couverture du livre « Trop et jamais assez : comment ma famille a créé l'homme le plus dangereux du monde », en noir et blanc, montre un Donald Trump plus jeune, souriant.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le livre « Too Much and Never Enough: How My Family Created the World's Most Dangerous Man » (Trop et jamais assez : comment ma famille a créé l'homme le plus dangereux du monde) doit paraître le 14 juillet.

Photo : Associated Press / Simon & Schuster/Peter Serling

Je n'ai pas encore vu le livre, mais c'est un livre rempli de faussetés, a réagi dans un premier temps la porte-parole de la Maison-Blanche, Kayleigh McEnany, dénonçant des allégations ridicules, absurdes et n'ayant absolument aucun rapport avec la vérité.

Mary Trump et l'éditeur de son livre peuvent prétendre agir dans l'intérêt public, mais ce livre est clairement dans l'intérêt financier de l'auteur, a par la suite soutenu la porte-parole adjointe de la Maison-Blanche, Sarah Matthews, dans un communiqué. Dans sa brève déclaration, elle ajoute que le président dit avoir eu une relation chaleureuse avec son père aimant et dément spécifiquement les allégations sur le test d'admission.

L'éditeur Simon & Schuster a devancé à la semaine prochaine la publication du livre, dont la sortie était prévue à la fin du mois et qui s'est retrouvé au centre de poursuites visant à en empêcher la publication.

La semaine dernière, une cour d'appel a renversé l'ordre d'interdiction temporaire de parution visant la maison d'édition qu'avait obtenue d'un tribunal inférieur le frère cadet du président, Robert Trump.

Ce dernier allègue que Mary Trump a violé un accord de confidentialité lié à l'acceptation de l’héritage du patriarche qui avait lui aussi fait l'objet d'une bataille judiciaire. La décision sur cet enjeu pourrait être rendue cette semaine.

Les médias avaient déjà rapporté il y a quelques semaines que Mary Trump révélait dans son livre avoir fourni au New York Times les documents financiers au centre d'une vaste enquête menée par le quotidien en 2017. Le Times avait signalé à l'époque que Donald Trump avait reçu plus de 400 millions de dollars américains (en dollars d'aujourd'hui) provenant de l'empire immobilier de son père, dont une grande partie provenait d'actes d'évasion fiscale commis dans les années 1990.

En après-midi, le livre de Mary Trump trônait déjà en tête de la liste des meilleurs vendeurs d'Amazon, devant celui de John Bolton, The Room Where It Happened: A White House Memoir (La pièce où c’est arrivé, mémoires de la Maison-Blanche), lui aussi publié par la même maison d'édition.

Une énième description peu flatteuse

C'est la première fois qu'un parent de Donald Trump expose ainsi des secrets familiaux, mais plusieurs anciens membres de l'administration Trump ont déjà dressé un réquisitoire sévère contre leur ancien patron.

Dans un livre récent, l'ex-conseiller de la Maison-Blanche à la sécurité nationale John Bolton affirmait entre autres que Donald Trump confondait les intérêts américains avec ses intérêts personnels.

Dans la même veine, CNN a publié la semaine dernière un article avançant que d'anciens collaborateurs du président le percevaient comme une menace à la sécurité nationale, et, au début du mois, l'ex-secrétaire à la Défense James Mattis portait lui aussi un jugement sans appel sur son ancien patron dans une lettre ouverte.

Au cours des dernières années, certains ont préféré se confier à des journalistes comme Bob Woodward, dont les sources parlaient d'un homme inculte, colérique et paranoïaque.

Avec les informations de Washington Post, et CNN

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique américaine

International