•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Abandon des accusations contre une femme noire arrêtée au Walmart d'Halifax

Santina Rao et Gordon Allen.

Santina Rao et son avocat, Gordon Allen, affirment qu'ils ont l'intention de déposer des plaintes officielles contre les policiers impliqués dans son arrestation et d'engager des poursuites civiles contre la Ville et Walmart pour les blessures de Santina Rao.

Photo : (Mark Crosby/CBC)

Radio-Canada

Les trois accusations portées contre une femme noire d'Halifax qui affirme avoir été victime de profilage racial lors d'une arrestation controversée dans un Walmart, au début de l'année, ont été abandonnées mardi matin.

Santina Rao était accusée d'avoir troublé la paix, d'avoir résisté à son arrestation et d'avoir agressé un policier, en lien avec un incident survenu en janvier dans un magasin Walmart de la région d'Halifax.

La femme de 23 ans a expliqué qu'elle s'est emportée le 15 janvier quand des policiers l'ont accusée d'avoir volé une tête de laitue, deux citrons et un pamplemousse.

Des images tournées par un téléphone cellulaire montrent des policiers la jetant au sol pendant qu'elle proteste. Elle était alors accompagnée de son bébé et de son jeune enfant.

Malgré l'annonce de l'abandon des accusations, Santina Rao n’est pas prête à clore le dossier.

Santina Rao et son avocat, Gordon Allen, ont déclaré qu’ils envisageaient de déposer une plainte officielle contre les trois agents mêlés à cette arrestation, ainsi qu’une action civile contre Walmart et la Ville pour les blessures infligées.

Dans cette affaire, la liberté totale serait que la police impliquée et Walmart soient tenus responsables de leurs actes.

Santina Rao

La femme noire a fait valoir que ses blessures physiques la gênent toujours et que sa santé mentale a été rudement mise à l’épreuve.

Mardi, devant le tribunal, Santina Rao était entourée de sympathisants, dont certains brandissaient derrière elle une énorme banderole Black Lives Matter.

Des femmes devant le palais de justice avec une pancarte « black lives matter ».

Santina Rao devait comparaître devant la cour provinciale d'Halifax, mais a plutôt tenu une conférence de presse à l'extérieur du palais de justice, accompagnée de sympathisants.

Photo : Radio-Canada / Héloise Rodriguez-Qizilbash

Santina Rao a déclaré qu’elle a pleuré des larmes de joie lorsqu’elle a appris que la Couronne avait l’intention d’abandonner ses poursuites.

Les raisons de l’abandon des poursuites

La procureure de la Couronne Jane McDonald-Mills a officiellement retiré les accusations, en disant à un juge de la Cour provinciale que la Couronne avait des inquiétudes face à la perspective réaliste de condamnation à ce stade.

Elle a ajouté que, même si certaines préoccupations pouvaient être prises en compte, le ministère avait également évalué la question de savoir s’il y avait un intérêt public à poursuivre les accusations, et a conclu qu'il n'y en avait pas.

La décision n’a pas été prise à la légère et a été prise en consultation avec le procureur général, a déclaré dans un courriel Chris Hansen, porte-parole du ministère.

Chris Hansen a ajouté qu’il ne pensait pas non plus qu’il y avait une perspective raisonnable de condamnation.

Des sympathisants de Santina Rao devant le palais de justice provincial d'Halifax.

Les sympathisants et les médias se sont réunis devant le palais de justice provincial d'Halifax mardi.

Photo : Radio-Canada / Héloise Rodriguez-Qizilbash

Les contrôles de rue ont été jugés illégaux en Nouvelle-Écosse l’année dernière.

Un rapport important du criminologue Scot Wortley avait alors confirmé que les policiers d’Halifax effectuaient des contrôles de rue sur les Noirs à un taux six fois plus élevé que sur les Blancs.

En octobre dernier, environ sept mois après la publication du rapport, le ministre de la Justice de la Nouvelle-Écosse, Mark Furey, avait ordonné aux policiers de toute la province de mettre fin à cette pratique.

L’histoire de Santina Rao a suscité de nouveaux appels à l’arrêt du profilage racial par la Police régionale d’Halifax.

Plus de 53 000 personnes ont signé une pétition en ligne demandant l’abandon des accusations portées contre Santina Rao et l’inculpation des agents ayant participé à son arrestation.

La réponse de la police

Dans une communication électronique, le chef de la Police régionale d’Halifax, Dan Kinsella, a dit vouloir reconnaître le mal que cet incident a fait à toutes les personnes impliquées.

C’est un moment particulièrement difficile pour les relations entre la police et la communauté.

Dan Kinsella, chef de la Police régionale d’Halifax

Dan Kinsella indique qu’il sait que le public souhaite que la Police régionale d’Halifax examine de plus près ce qui s’est passé dans le cas de Santina Rao.

Il ajoute toutefois qu’il attendrait les résultats d’une enquête menée par le chien de garde de la police provinciale, l'équipe de réponse aux incidents graves (SIRT), avant de faire d’autres commentaires.

Le chef de police en uniforme bleu devant un lutrin et un micro.

Dan Kinsella, chef de la police d'Halifax, avait présenté le 29 novembre 2019 des excuses pour des contrôles de rue qui ont ciblé les Noirs six fois plus souvent que les Blancs. (Archives)

Photo : La Presse canadienne / Andrew Vaughan

La SIRT enquête chaque fois qu’un policier blesse ou tue gravement une autre personne.

Felix Cacchione, directeur de la SIRT, a déclaré avoir reçu le rapport de l’enquêteur sur l’affaire Rao vendredi après-midi, mais ne pas l’avoir encore lu.

Felix Cacchione a trois mois pour déposer son propre rapport final.

Walmart Canada commente l'affaire

La société de vente au détail a indiqué pour sa part que le respect est une valeur fondamentale et qu’aucun comportement qui contredit cette valeur n’est toléré. Cela inclut le racisme et la discrimination.

Nous n’avons joué aucun rôle dans les décisions concernant le dépôt ou l’abandon des accusations, peut-on lire dans une déclaration officielle de Walmart Canada mardi.

Walmart s’engage à fournir un environnement sûr et inclusif à ses associés et à ses clients. La célébration de la diversité et la promotion de l’inclusion font partie intégrante de la culture de Walmart et nous sommes fiers de refléter les diverses communautés que nous servons par l’intermédiaire de nos associés.

En raison de l’enquête en cours, Walmart Canada indique que ses commentaires sur l’affaire seront présentés à la Police régionale d'Halifax et à la SIRT.

Avec les informations de Taryn Grant de CBC et de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !