•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mariage gai : ils se sont dit oui il y a 15 ans à Amos

Éric Lefebvre lit un texte sur une feuille tandis que Rocky sourit à côté.

Éric Lefebvre et Rocky Giroux lors de leur mariage en 2005.

Photo : Gracieuseté

Annie-Claude Luneau

Le mariage entre conjoints de même sexe a été légalisé il y a 15 ans au Canada, le 28 juin 2005. Un mois plus tard, Éric Lefebvre et Rocky Giroux ont uni leur destinée à Amos, en Abitibi-Témiscamingue.

Retour sur une histoire d’amour qui dure depuis deux décennies.

Février 2000, Éric Lefebvre, originaire de Malartic, est un jeune homme de 24 ans, étudiant en psychologie à l'Université du Québec à Trois-Rivières. Il décide de se rendre à une soirée de rencontre et de discussion pour les jeunes homosexuels, une expérience plutôt nouvelle pour celui qui était un habitué des clubs à cette époque.

Rocky Giroux y participe pour la première fois et choisit de s’asseoir tout près de la porte d’entrée, pour pouvoir s’éclipser en douce s’il se sent mal à l’aise.

Je me suis dit "Je vais parler au premier du bord" et lui, il s’est dit : "Je vais me tenir le premier du bord pour partir au plus vite." Quand je suis rentré, je l’ai vu tout de suite à ma droite, la première personne que j'ai croisée, c’est lui. C’est de même que ça a commencé et on ne s’est jamais laissé !, explique Éric Lefebvre.

Rocky et Éric font un combat de tir au poignet et se regardent en souriaant.

Rocky et Éric, lors de leur rencontre, en 2000.

Photo : Gracieuseté

Ils officialisent leur relation quelques mois plus tard, le 30 juillet 2000.

Même si la légalisation du mariage gai n’est même pas encore en préparation au Canada, ils se promettent de se marier s’ils sont encore ensemble cinq ans plus tard.

On se l’était dit, cinq ans plus tard, on allait le faire, même si c’était à Vegas ou si c’était symboliquement.On allait le faire parce que c’était une façon de se le dire de façon plus formelle, Éric.

Ils n’auront finalement pas besoin de s’envoler vers Las Vegas, car le Canada devient le troisième pays au monde à légaliser les mariages entre conjoints de même sexe le 28 juin 2005.

Eric et Rocky sont assis sur un bac das une étable et se tiennent main dans la main.

Éric Lefebvre et Rocky Giroux lors de leur mariage.

Photo : Gracieuseté

Quelques semaines plus tard, le 30 juillet 2005, les deux amoureux s’unissent devant une notaire, dans une cérémonie très intime avec quatre personnes à Amos.

Même si j’avais fait mon coming-out en 1994, les réactions étaient inégales [par rapport au mariage]. Les gens m’aiment, mais à savoir si on allait valoriser cette union-là, c’était moins certain., rapporte Éric Lefebvre qui constate que même certains homosexuels ne comprenaient pas sa volonté de se marier.

Pour le mariage, c’est venu heurter quelques sensibilités, mais, quand tu vis ta vie sans t’en excuser, les gens ne viendront pas te dire que tu n’as pas droit à cette vie-là, ajoute-t-il.

Rocky, c’est mon partenaire de vie, celui avec lequel j’ai le goût de tripper, celui avec lequel j’ai envie de vieillir. Je me vois difficilement autrement.

De jeunes mariés… à jeunes parents

Quelques mois plus tard, en 2006, la vie d’Éric et Rocky prend un nouveau tournant.

Quatre ans après s’est inscrits sur une liste pour devenir famille d’accueil dans la banque mixte de la Direction de la protection de la jeunesse, ils reçoivent l’appel tant attendu : ils deviendront parents d’accueil à projet d’adoption.

Ils accueilleront le jeune Frédérik, un petit garçon de 5 ans qu’ils adopteront officiellement quelques années plus tard.

Égoportrait des trois assis sur un sofa.

Éric Lefebvre et Rocky Giroux avec leur fils Frédérik.

Photo : Gracieuseté

On a vécu beaucoup de curiosité, des situations par exemple à la fête des Mères : faites une carte à votre mère. Il a fallu que j’aborde l’école en disant Est-ce qu’on peut élargir la consigne ? Faites une carte à la maman de votre choix.Il a fallu faire de l’éveil comme ça, raconte celui qui se fait appeler papa, alors que son mari est daddy.

Éric Lefebvre et Rocky Giroux n’ont jamais eu peur de foncer et de déconstruire des tabous.

C’est pourquoi Éric, qui s’est longtemps impliqué au sein de la Coalition d’aide à la diversité sexuelle de l’Abitibi-Témiscamingue, a reçu la médaille de l’Assemblée nationale lors du Gala Arc-en-ciel, en 2012.

Dans le discours de la remise de la médaille, ils ont fait mention que j’ai appliqué toutes les avancées légales, juridiques et sociales à ma propre vie, c’est-à-dire l’adoption d’un enfant et aussi le mariage. Et moi, si à ma façon, je peux être un modèle pour d’autres..., lance Éric Lefebvre en maintenant sa pensée en suspens.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Abitibi–Témiscamingue

Communauté LGBTQ+