•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pas de conflit d’intérêts dans la nomination de Steve Allan

Un homme en costume-cravate parle devant une rangée de drapeaux de l'Alberta et du Canada.

L'été dernier, le ministre de la Justice, Doug Schweitzer (photo), a choisi Steve Allan pour enquêter sur les campagnes visant l'industrie énergétique albertaine.

Photo : Radio-Canada

Émilie Vast

Selon la commissaire à l’éthique, le ministre de la Justice, Doug Schweitzer, n’a enfreint aucune règle en confiant à Steve Allan l’enquête publique sur d’éventuelles campagnes anti-pétrole financées par des intérêts étrangers.

Dans un rapport publié lundi, la commissaire à l'éthique, Marguerite Trussler, conclut que M. Schweitzer n’a pas enfreint la Loi provinciale sur les conflits d’intérêts.

Ni le ministre, ni ses enfants ou ses proches collaborateurs n’avaient un intérêt personnel ou particulier ou n’avaient quelque chose à gagner en nommant M. Allan commissaire à l'enquête, explique Mme Trussler.

Selon elle, il n’y avait pas beaucoup de candidats qualifiés pour ce poste et Steve Allan était un bon choix pour diriger l'enquête sur des campagnes visant l'industrie énergétique albertaine.

De simples connaissances

La commissaire souligne que les deux hommes se connaissaient, que Steve Allan a contribué aux campagnes politiques de Doug Schweitzer, mais elle note que Steve Allan a également donné de l’argent à d’autres partis.

Le simple fait que M. Allan ait fait des dons à des fins politiques au ministre Schweitzer dans le passé ne fait pas de la nomination, par la suite, de M. Allan comme enquêteur public un intérêt privé pour le ministre, écrit-elle.

Ils n'étaient pas amis et ils n'étaient pas proches.

Marguerite Trussler, commissaire à l'éthique

C'étaient de simples connaissances qui, à l'occasion, avaient échangé sur des enjeux tels que la stratégie économique ou la prévention des inondations, peut-on lire dans le rapport. La maison de Steve Allan avait, en effet, été détruite en 2013 lors de la grande inondation à Calgary.

Le chargé des relations avec les médias auprès du ministre de la Justice, Jonah Mozeson, a réagi dans une déclaration lundi. Je suis content que la commissaire à l'éthique confirme ce que nous avons toujours su, qu’il n’y a pas de conflit, a-t-il commenté.

C’est malheureux que certains ignorent les faits pour nuire à leurs adversaires politiques, écrit-il.

Steve Allan, lui, n’était pas disponible pour commenter.

Des conclusions contestées

La commissaire à l'éthique avait ouvert une enquête à la suite d’une plainte déposée l’an dernier par Démocratie en surveillance. L’organisme contestait notamment le fait que M. Schweitzer ait été associé chez Dentons, un cabinet d'avocats de Calgary au sein duquel le fils de Steve Allan est associé.

Ce cabinet avait également prêté un bureau à M. Allan quelque temps lorsque sa maison avait été inondée en 2013. Dans son rapport, la commissaire à l’éthique précise que M. Schweitzer a rompu toute relation avec ce cabinet depuis qu’il est ministre.

Le cofondateur de l’organisme Démocratie en surveillance, Duff Conacher, remet en cause les conclusions du rapport.

L’erreur la plus flagrante est que la commissaire à l’éthique expose tout ce que Steve Allan a fait pour aider M. Schweitzer à être élu. Puis elle ignore tout cela lorsqu’elle conclut qu’il n’a pas franchi la ligne et qu’il n’y avait pas assez (de liens) pour créer de conflit d'intérêts, dénonce-t-il dans une déclaration.

Dans son rapport, Marguerite Trussler rappelle qu’elle n’avait pas pour mandat d'enquêter sur le contrat attribué par Steve Allan au cabinet Dentons. Mais elle écrit qu'il est difficile à croire que M. Allan ne s’est pas demandé s’il y avait ou non possiblement un conflit d'intérêts en engageant Dentons comme conseiller dans son enquête.

L'enquête publique menée par Steve Allan pour savoir si des fonds étrangers financent des manifestations anti-pétrole au Canada a été prolongée. La date limite pour la publication du rapport est désormais le 30 octobre et un million de dollars supplémentaires a été ajouté au budget initial.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Alberta

Politique provinciale