•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Ville de Sherbrooke veut racheter du terrain à Bitfarms

Les ventilateurs de Bitfarms cachés en partie par des conteneurs.

D'immenses ventilateurs sont utilisés par Bitfarms pour refroidir les nombreux serveurs utilisés pour effectuer le calcul de données.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Une entente est en cours de rédaction afin que la Ville de Sherbrooke rachète une partie des terrains de l’entreprise Bitfarms et pour qu’une autre phase d’atténuation des nuisances soit amorcée.

Depuis son implantation à Sherbrooke, l'usine de cryptomonnaies a fait l’objet de nombreuses plaintes en raison du bruit engendré par ses activités. Plusieurs mesures d’atténuation ont été mises en place sans pour autant satisfaire les citoyens qui habitent à proximité.

Une autre phase des travaux s'achèvera d’ailleurs au cours de la semaine. Celle-ci a pour but de réduire une fois de plus les nuisances sonores pour les résidents de la rue Raimbault.

La Ville veut maintenant qu’une nouvelle phase de travaux soit entreprise pour les résidents de la rue Denault et qu’elle soit complétée au cours des 90 prochains jours. Ces travaux visent encore à réduire le bruit émis par les sorties d’air ainsi qu’à dévier la chaleur qui en sort. Dans l’entente, la Ville stipule aussi que l’entreprise devra réduire le bruit de ses transformateurs selon les recommandations d’un acousticien.

C’est très rare qu’on voit une entreprise être aussi collaboratrice.

Marc Denault, conseiller municipal

Même s’il souligne la grande collaboration de l’entreprise, le conseiller municipal Marc Denault reconnaît  que les résidents font preuve d’une grande patience puisque lespremières plaintes ont été enregistrées en août 2019.

Dans un communiqué émis par la Ville, on peut lire que la compagnie  souhaite participer activement à cette démarche qui vise l’acceptabilité sociale de ses activités.

De plus, la municipalité veut se porter acquéreur de la partie inutilisée du terrain de Bitfarms adjacent à la rue Cabana. Le terrain de 26 846 mètres carrés serait acheté pour 385 000$.

Pour prévenir des problèmes comme ceux rencontrés depuis le début des activités de l’entreprise, l’entente obligerait Bitfarms à se plier aux instructions d’un acousticien lors de la conception de ses prochaines installations.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Estrie

Politique municipale