•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Val-d’Or modifie son règlement sur les chiens dangereux

Un pitbull avec un jouet entre les pattes.

Le règlement sur les chiens dangereux ne fait plus mention d'une race de chien spécifique.

Photo : iStock

La Ville de Val-d’Or n’interdira plus les chiens de race pitbull sur son territoire, mais elle entend être plus sévère pour tout chien jugé dangereux.

Un projet amendant le règlement sur les animaux a été présenté lundi soir lors de la séance du conseil. Val-d’Or répond ainsi aux exigences de la nouvelle loi adoptée par le gouvernement du Québec en mars dernier.

La Ville retire de son règlement toute notion de race pour y inclure celle de chien dangereux. Tout chien ayant mordu une personne lui causant la mort ou des blessures graves sera considéré comme dangereux. Il en va de même s’il inflige une morsure mortelle à un autre animal domestique ou si un vétérinaire le juge dangereux à la suite d'une évaluation.

Un inspecteur sera responsable d’enquêter sur tout incident qui lui sera rapporté à la suite d’une plainte, d’une déclaration d’un médecin ayant observé une morsure ou encore d’une vétérinaire.

La Ville pourra exiger l’euthanasie d’un chien qui sera réputé dangereux, selon les circonstances.

La SPCA de Val-d’Or exigeait depuis quelques années une modification du règlement pour passer du concept de race à celui de chien dangereux.

Ce n’était pas facile de juger une race en particulier, précise le maire Pierre Corbeil. Ce n’est pas propre à juste une race d’avoir des dérapages et d’être classé comme chien dangereux. Ça va retirer les préjugés envers certaines races.

Le projet de règlement obligera aussi tous les propriétaires de chiens de plus de 20 kg à attacher un licou ou un harnais à la laisse de leur animal.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Abitibi–Témiscamingue

Politique municipale