•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Winnipeg : deux manifestants contre le racisme attaqués avec un bâton de hockey

Une main tenant une téléphone.

La vidéo de l’incident qui montre la plaque d’immatriculation des suspects a été remise à la police.

Photo : Radio-Canada / Lyzaville Sale/CBC

Radio-Canada

L’unité des crimes majeurs de la police de Winnipeg enquête après que deux manifestants ont été attaqués après une manifestation Black and Indigenous Lives Matter qui s'est déroulée à Winnipeg et qui dénonçait le racisme contre les Noirs et les Autochtones. L’incident est survenu samedi vers 20 h à l’intersection des rues Broadway et Hargrave.

Theo Landry, un Canadien d’origine africaine, raconte s’être brièvement allongé sur la chaussée devant quelques voitures alors qu’il marchait, après le rassemblement, sur la rue Broadway en direction du Musée canadien pour les droits de la personne.

C’est à ce moment qu’une femme dans une voiture s’est mise à crier des insultes racistes, dit-il. Il s'est relevé et reconnaît avoir versé de l’eau sur le véhicule de la dame puisqu'elle est passée agressivement près de lui, selon lui.

Dans une des deux vidéos montrant l’incident, on peut voir la femme sortir de la voiture et le frapper avec un bâton de hockey.

Theo Landry debout dans la rue.

Theo Landry ne qualifie pas l'incident de raciste, même s’il n’exclut pas que les femmes aient pu être motivées par un sentiment raciste.

Photo : Radio-Canada / Lyzaville Sale/CBC

Theo Landry souligne avoir été frappé au bras à deux reprises.

Son amie, qui prenait également part au rassemblement, a essayé d’intervenir. Elle a reçu un coup du bâton de hockey à la tête, asséné par une autre femme qui était dans la même voiture, ajoute-t-il.

J’ai eu très peur pour ma vie, dit-il. J’ai eu de la chance que ce soit un bâton de hockey parce que je ne sais pas quel autre objet elles auraient pu utiliser en sortant du véhicule.

L’amie en question n’a pas souhaité accorder d'entrevue à CBC/Radio-Canada.

L’organisatrice de la manifestation, Jylah George-Marie Shallcross, n’a pas été témoin de l'incident. Cependant, elle déplore le comportement des deux dames.

Je suis très préoccupée par la sécurité, non seulement de mes amis, mais de tous les jeunes Noirs et Autochtones et du reste de la communauté BIPOC (Black, Indigenous, and People of Color) de Winnipeg, dit Jylah George-Marie Shallcross.

Cette dernière qualifie cette attaque de raciste. Selon elle, cela prouve que le racisme est présent dans la capitale manitobaine et qu'il faut agir pour apporter des changements.

Theo Landry ne qualifie pas l'attaque de raciste, même s’il n’exclut pas que les femmes aient pu être motivées par un sentiment raciste.

Il indique avoir déposé une plainte auprès de la police et espère que les personnes impliquées dans l'incident auront droit à une justice réparatrice.

La vidéo de l’incident, qui montre la plaque d’immatriculation des suspects, a été remise à la police.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Crimes et délits