•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Ville de Sherbrooke investit 1,1 M$ pour venir en aide aux entreprises

Vue de Sherbrooke avec le cénotaphe.

La Ville de Sherbrooke offre une aide financière de 1,1 million de dollars aux entreprises durement frappées par la pandémie de COVID-19.

Photo : Radio-Canada/Martin Bilodeau

Radio-Canada

La Ville de Sherbrooke a présenté, lors de la séance du conseil municipal de lundi, un plan de relance pour venir en aide aux entreprises durement frappées par la pandémie de COVID-19. Près de 1,1 million de dollars supplémentaires seront investis pour leur garantir de garder la tête hors de l’eau.

Comme l’explique le maire de Sherbrooke, Steve Lussier, ce plan de relance comporte des mesures à court, moyen et long termes pour soutenir les entrepreneures et les entrepreneurs dans cette période difficile et vise à relancer l’économie de Sherbrooke.

C’est un plan qui est organique et évolutif, lance pour sa part Philippe Cadieux, directeur du nouveau Bureau de coordination du développement économique à la Ville de Sherbrooke, lors d’une présentation du plan de relance au conseil municipal. On souhaite que d’autres idées vont émerger de la communauté, poursuit-il.

Nos entreprises ont besoin d’aide pour passer à la prochaine étape qui est pour assurer leur survie.

Philippe Cadieux, directeur du nouveau Bureau de coordination du développement économique à la Ville de Sherbrooke

Le plan de relance est donc appelé à évoluer, notamment à partir de 2021, selon l'état de la situation, souligne Philippe Cadieux.

Dans cette enveloppe de 1,1 million de dollars, 605 000 $ seront consacrés à la gestion des programmes et des fonds, 115 000 $ pour le soutien à l’achat local, 100 000 $ pour l’innovation 47 000 $ pour le coaching et la formation, 90 000 $ pour les événements et les attractions et 83 000 $ pour favoriser la transition écologique.

De nombreux besoins de la part des entreprises

Par ailleurs, selon Philippe Cadieux, les principaux besoins des entreprises sherbrookoises sont notamment un accès à de la formation et de l'information, d’accompagnement et, bien entendu, de soutien financier.

Il y a beaucoup de programmes de la part des différents paliers gouvernementaux, mais c’est extrêmement complexe. Quand vous êtes tous les jours dans votre entreprise et que vous travaillez des 60 à 70 heures par semaine, c’est extrêmement difficile de prendre un pas de recul et ces entreprises-là ont besoin de soutien, précise-t-il.

Les organismes de développement économique [de Sherbrooke] ont travaillé très fort pour donner de la formation et de l’information et de suivre les entreprises qui en ont besoin, poursuit M. Cadieux.

Selon des chiffres issus de deux sondages menés par la Ville auprès de plus de 1000 entreprises sherbrookoises aux mois d’avril et de juin, 54 % d’entre elles disaient craindre ne pas survivre plus d’un an si la situation devait se poursuivre, comparativement à 78 % en avril.

De plus, selon ces chiffres, 34 % des entreprises sherbrookoises poursuivent ou ont repris leurs activités de manière réduite en date du mois de juin.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Estrie

Politique municipale