•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Risque d’effet boule de neige après une vague de mises à pied à Moncton

Le centre-ville de Moncton vu de Moncton.

La ville de Moncton au Nouveau-Brunswick.

Photo : Radio-Canada / Guy Leblanc

Radio-Canada

Les pertes d’emplois se multiplient dans le Grand Moncton depuis deux semaines. Ces licenciements risquent de faire effet boule de neige dans la région, selon John Wishart, président-directeur général de la Chambre de commerce du Grand Moncton.

En plus d’Organigram, qui a annoncé plus de 200 mises à pied à son usine de Moncton, le transporteur WestJet a récemment licencié plus de 250 personnes, la plupart des employés du centre de service à la clientèle. Au même moment, Loto Atlantique et l’Université Mount Allison ont aussi remercié environ une centaine de travailleurs.

Chaque fois qu’il y a des licenciements comme ceux-ci, c’est évidemment très difficile pour l’économie locale, déclare John Wishart, qui évoque un cercle vicieux dans lequel s'enlise l'économie dans de telles circonstances.

Lorsque des personnes ont moins d’argent à dépenser dans les restaurants, les cafés, ou sur leurs vacances et loisirs, c’est sûr que c’est un coup dur.

John Wishart, président-directeur général de la Chambre de commerce du Grand Moncton

John Wishart rappelle toutefois que Moncton a connu d’autres vagues de licenciements au cours des 30 dernières années.

Des centaines de postes ont été perdus lors par exemple de mises à pied chez le Canadien National (CN). À l’époque, les gens se demandaient comment on allait pouvoir rebondir... et nous l’avons fait. Il faudra du temps, dit-il.

Selon le PDG, certains secteurs s'en tireront moins bien que d'autres. C'est notamment le cas de l'industrie aérienne. L'industrie aérienne a été si durement touchée qu'il faudra probablement des années avant qu'elle ne rebondisse, craint-il.

Mais ce dernier reste optimiste. Certains emplois pourraient revenir, croit John Wishart, persuadé qu'Organigram s’inscrit dans cette tangente.

Malgré ces prévisions, Organigram n’est pas au bout de ses peines. Son action s’échangeait à plus de 8 dollars en bourse à pareille date l’an dernier, alors que sa valeur varie entre 2 et 3 dollars depuis le mois de mars 2020.

La production de cannabis dans l’usine de Moncton sera maintenue sous la capacité prévue lors de l’agrandissement de ses installations.

Organigram compte toujours plus de 400 salariés dans ses établissements de production intérieure à Moncton.

Avec les informations de Jean-Philippe Hugues

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Emploi