•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Inspecteurs et policiers en renfort pour imposer le masque dans les autobus de Lévis

Un autobus de la Société de transport de Lévis

Photo : Radio-Canada

Les chauffeurs de la Société de transport de Lévis (STLévis) n’auront pas à jouer à la police pour faire respecter le port du masque obligatoire dans leur autobus. Des inspecteurs du réseau et ultimement des policiers seront appelés en renfort.

La STLévis a mis à jour sa liste d’inspecteurs en prévision du 13 juillet, date à laquelle le port du masque sera obligatoire pour les personnes de 12 ans et plus dans les transports en commun de la province.

Au total, 17 inspecteurs seront habilités à faire respecter cette nouvelle règle sanitaire.

 Jusqu'au début septembre, il y aura des inspecteurs postés aux stations les plus achalandées. Ils vont s'assurer que tous les usagers portent un masque , explique le maire de Lévis Gilles Lehouillier.

Les consignes vont leur être rappelées et s'ils refusent il n'aura pas d'embarquement possible. C'est très clair.

Gilles Lehouillier, maire de Lévis

Inspecteurs mobile

D’autres inspecteurs se déplaceront sur des parcours priorisés, en amont des autobus, pour rappeler aux usagers de porter un masque.

Ils vont précéder l'autobus de trois ou quatre arrêts pour justement rappeler aux gens qui attendent l'autobus de porter un masque. On envisage même de distribuer quelques masques, précise le maire.

Le maire de Lévis Gilles Lehouillier.

Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier.

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Lavoie

Même si les inspecteurs n’ont pas plus de pouvoir que les chauffeurs pour faire respecter le décret sanitaire du gouvernement Legault, Gilles Lehouillier croit qu’ils seront dans une meilleure posture pour sensibiliser les usagers.

Eux, ils vont être en dehors de l'autobus. Ils vont voir les gens avant même qu'ils embarquent et pourront déjà assumer un certain contrôle, dit-il.

Le chauffeur ne peut pas commencer à faire de la discipline dans l'autobus pendant qu’il est en route.

Gilles Lehouiller, maire de Lévis

Policiers en dernier recours

Le Service de police de la Ville de Lévis a offert sa pleine collaboration. Ils seront en appui aux inspecteurs de la STLévis si jamais un usager refuse d’obtempérer.

Le maire de Lévis croit toutefois que leur service ne devrait être nécessaire que dans de rares situations.

On pense que les gens vont respecter la directive. C'est un peu gênant d'embarquer dans un autobus alors que tout le monde porte le masque sauf vous, soulève Gilles Lehouillier

L'homme porte un masque chirurgical.

Un citoyen attend l'arrivée d'un autobus.

Photo : Radio-Canada / Jonathan Dupaul

Une période de grâce de deux semaines est prévue à partir du 13 juillet pour permettre aux gens de se procurer un masque et d’être bien informés de la nouvelle mesure.

Aucune amende n’est prévue pour les personnes qui refusent de porter un masque dans les transports en commun. Les récalcitrants ne pourront cependant pas y avoir accès.

Toujours en réflexion

À Québec, le Réseau de transport de la Capitale n'a pas encore statué sur la façon de faire respecter cette nouvelle directive.

Même chose à la Société des traversiers du Québec. Des questions sont toujours sans réponse, notamment à savoir si le masque sera aussi obligatoire à l'intérieur des véhicules et sur le pont du navire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Santé publique