•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une arrestation sous la loupe de Black Lives Matter en Saskatchewan

Le mouvement Black Lives Matter de Saskatoon et la Indigenous Joint Action Coalition (IJAC) demandent le congédiement des agents intervenus dans cette arrestation.

Photo : Image fournie par Frank Collins

Radio-Canada

À Saskatoon, le mouvement Black Lives Matter et la Indigenous Joint Action Coalition (IJAC) dénoncent ce qu'ils estiment être un nouveau cas de violence policière.

Ils affirment, vidéo à l'appui, qu'un homme a été brutalisé par des agents du service de police de Saskatoon, le 4 juillet dernier.

La police municipale admet que l’intervention comporte un usage de la force policière.

Fil des événements

La police de Saskatoon est intervenue samedi après-midi auprès d’un homme de 27 ans pour des dommages causés sur une propriété.

La propriétaire de l'immeuble de logements où l'arrestation a eu lieu, Heather Dimmick, a appelé la police après qu’un de ses locataires l’a avisé qu’un homme était dans son jardin et utilisait son tuyau d’arrosage.

La police rapporte que l’agent sur place a eu recours à du gaz poivré, entre autres, pour tenter d’immobiliser le suspect, qui résistait à son arrestation et tentait de désarmer l’agent. D’autres policiers sont arrivés par la suite pour immobiliser l'homme en question.

Dans l'extrait vidéo qui aurait été filmé par un témoin, le policier d’abord dépêché sur les lieux assène plusieurs coups de poing et des gifles au suspect qui se débat, allongé au sol.

À différentes reprises, le policier ordonne à l'homme au sol de cesser de s'opposer à son arrestation, tandis que celui-ci continue de crier. Sept autres agents arrivent sur place. Le suspect est finalement immobilisé et embarqué par les forces de l'ordre à la fin de la vidéo de six minutes.

L’homme de 27 ans est accusé de voies de fait contre un agent, de tentative de désarmement, de méfait et de possession de drogue. Il a comparu lundi matin devant la Cour provinciale de Saskatoon.

Erica Violet Lee, une représentante du groupe IJAC, a témoigné à la sortie du tribunal.

Les images reflètent de toute évidence l’indifférence des agents pour la vie de cette personne. Ils sont totalement indifférents à la douleur qu’il ressent, déclare-t-elle.

Elle demande le congédiement des agents intervenus dans cette arrestation.

Celui qui a filmé l'intervention policière, Frank Collins, dit n’avoir ressenti à aucun moment que l’agent au-dessus du suspect était incapable de le maîtriser. Il ajoute que durant l’été, il n’est pas rare de voir des personnes errer sur la propriété de quelqu’un.

Cet homme ne menaçait la vie de personne, donc, où était le mal?

Frank Collins, habitant de Saskatoon

Selon lui, l’arrestation musclée dont il a été témoin n’était pas nécessaire.

L’arrestation s’est déroulée sur le terrain de Lorraine Salt. La résidente a parlé avec l'homme peu avant son arrestation.

Il n’était pas agressif du tout. Il voulait se rafraîchir un peu et il s’est assis sur notre porche. J’ai été inquiète de voir autant de policiers intervenir, déclare Lorraine Salt.

Ce n’était pas comme le cas de Georges Floyd, mais lorsqu’ils l’ont emmené, il avait le visage couvert de coups.

Lorraine Salt, résidente

Lorraine Salt dit que la police a fait mention d’un cas d’usage de méthamphétamine en cristaux.

Le suspect, remis en liberté en attendant son procès, doit comparaître à nouveau le 18 août prochain.

Une enquête sera menée

De son côté, la police de Saskatoon affirme prendre au sérieux cette affaire et entend analyser l'altercation et la conduite de ses agents. Le service de police confirme que les effets de la dépendance et des problèmes de santé mentale étaient en cause dans cet incident.

Le premier agent mobilisé dans l’intervention est suspendu jusqu’à nouvel ordre.

Je reconnais que cet incident a causé un traumatisme pour notre communauté, pour les résidents impliqués et ceux qui en ont été témoins, déclare le chef de la police de Saskatoon, Troy Cooper.

La Commission des plaintes du public de la Saskatchewan a été avisée de l'affaire et va mener une enquête indépendante.

Ce n'est pas le premier événement du genre. Récemment, un chef autochtone a aussi dénoncé l’usage de la force par un policier de Prince Albert, dans le nord de la Saskatchewan.

Avec les informations d’Alexis Lalemant et de Morgan Modjeski

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saskatchewan

Forces de l'ordre