•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

BAPE : la pandémie ne change rien aux plans de la Ville pour le tramway

Esquisse du projet de tramway.

Selon la Ville de Québec, la pandémie de COVID-19 ne remet pas en question la pertinence du projet de tramway.

Photo : Radio-Canada

La Ville de Québec n’a pas l’intention d'actualiser les études de déplacements et d’achalandage qui ont servi de base à son projet de tramway pour tenir compte des répercussions de la crise sanitaire sur les habitudes de transport de sa population.

La COVID, c'est un événement ponctuel qui se produit présentement et dont peu d'analystes peuvent prévoir la suite des choses. Donc, à nos yeux à nous, il faut faire attention de réagir trop rapidement à un événement ponctuel comme celui-là, a affirmé lundi soir le directeur du projet de réseau structurant de transport en commun de la Ville de Québec, Daniel Genest.

L’ingénieur participait à la première séance de consultations de la commission d’enquête du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) portant sur la portion tramway du réseau structurant.

Vers la fin de la soirée, Luc Dallaire, un citoyen qui réside le long du tracé du tramway, a demandé si la Ville de Québec allait refaire ses calculs pour tenir compte du développement accéléré du télétravail et des récents changements dans les habitudes de déplacement de la population.

Esquisse du projet de tramway de la Ville de Québec montrant deux rames à l'intérieur d'un tunnel.

Le projet de tramway, qui comprend une portion souterraine, est évalué à 3,3 milliards de dollars.

Photo : Radio-Canada / Ville de Québec

Selon lui, le télétravail est là pour de bon. L’époque où tout le monde s’entassait sur les ponts, les autoroutes, dans les autobus et les ascenseurs bondés pour se rendre au centre-ville est révolue.

Modèle obsolète

Par conséquent, le chiffre de 750 000 déplacements quotidiens actuels sur lequel la Ville s’est basée pour faire ses prévisions d’achalandage ne tient plus la route. Est-ce qu'on pourra refaire tous ces calculs en fonction de l'impact réel du télétravail parce que c'est impossible de penser qu'on va revenir à ce qui était avant? a ajouté Luc Dallaire.

Le modèle d’avant la pandémie [...] est soudainement devenu obsolète. On n'y reviendra jamais, le télétravail est là pour rester.

Luc Dallaire, résident de Québec

Daniel Genest a rétorqué qu’il était difficile de prédire les impacts à long terme du télétravail. Or, s’il y a une certitude, selon lui, c’est que la population de Québec va continuer d’augmenter au cours des prochaines décennies, tout comme ses besoins de se déplacer.

Daniel Genest en studio.

Daniel Genest, directeur du projet de réseau structurant de transport en commun de la Ville de Québec

Photo : Radio-Canada / Andre-Pier Berube

La Ville maintient le cap

Selon les prévisions de la Municipalité, la population de Québec va augmenter de 57 000 personnes d’ici 2036. Cette croissance démographique devrait se traduire par une hausse de 100 000 déplacements par jour.

Le défi, c'est de prédire le futur et, présentement, nous ne sommes pas dans une position de bien comprendre, entre autres, les impacts du télétravail. Donc, pour le moment, la Ville de Québec maintient le cap en termes des analyses qui ont été faites à même le bureau de projet, a mentionné M. Genest.

Il a précisé que les impacts de la pandémie de COVID-19 sur les habitudes de déplacement des résidents de Québec seraient abordés plus en profondeur lors des audiences du BAPE de mardi.

Celles-ci se poursuivront dès 13 h au Centre des congrès - maximum de 50 personnes dans la salle - et en webdiffusion. Les questions porteront sur le même thème que lundi soir, soit la justification du projet, l'achalandage et la technologie retenue.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Transport en commun