•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le centre-ville de Rouyn-Noranda renouvelle son image

Une rue avec des banderoles accrochées au-dessus, vide de voitures.

Le centre-ville de Rouyn-Noranda est décoré avec des banderoles et des dessins sur la chaussée.

Photo : Radio-Canada / Janis Rivarc

Marc-Olivier Thibault

La Société de développement commercial du centre-ville de Rouyn-Noranda (SDCRN) a lancé cet avant-midi sa nouvelle image de marque ayant pour objectif de faire du centre-ville un attrait touristique.

Le nom de la campagne est Quartier centre.

Le président de la SDC Rouyn-Noranda, Philippe Dessureault, croit qu’il faut voir le centre-ville de Rouyn-Noranda comme une destination. On voulait vraiment développer quelque chose qui correspondait à une destination, mais aussi aux gens qui l’habitent, dit-il. Tant les commerçants que les citoyens. On veut que les gens s’approprient un point de référence en créant une destination.

Philippe Dessureault parle au micro devant l'entrée de la brasserie le Trèfle Noir.

Philippe Dessureault, president de la Société de développement commercial du centre-ville de Rouyn-Noranda.

Photo : Radio-Canada / Marc-Olivier Thibault

Cette annonce survient alors que l’on est à mi-chemin dans le projet de centre-ville piétonnier. Mardi marquera les deux semaines écoulées depuis le début de l’initiative, qui doit s’échelonner sur quatre semaines.

À la fin de cette période, une firme mandatée par la ville et la SDC Rouyn-Noranda effectuera un sondage auprès de la population et des commerçants du secteur. L’objectif est d’évaluer le projet et de savoir s’il est prolongé.

La mairesse de Rouyn-Noranda Diane Dallaire insiste sur le fait que les gens seront écoutés et que leur opinion sera considérée dans l’évolution du projet.

On constate que c’est un projet qui fait le bonheur de plusieurs, note la mairesse. Il y a encore quelques inquiétudes, je rencontre les commerçants et les citoyens. On entend les suggestions on est à l’écoute des gens. C’est un projet pilote qu’on a promis de réévaluer après quatre semaines. Il y aura un sondage lancé autant pour les citoyens que pour les commerçants et une rencontre est prévue avec eux pour faire le point.

Le vent tourne-t-il?

Au départ, plusieurs commerçants du centre-ville étaient contre le projet. Une pétition pour la modification du projet circulait d’ailleurs au sein de la communauté d’affaires.

Des petites maisons colorées sont sur des branches d'arbres et de poteaux.

Des décorations installées sur l'avenue Principale.

Photo : Radio-Canada / Janis Rivard

Dans son reportage du 22 juin, notre collègue Jean-Marc Belzile nous informait que près de 70 commerçants l’avaient signée. Deux semaines plus tard, le projet semble avoir conquis certains entrepreneurs qui étaient initialement contre le projet.

C’est le cas de Francis Jacob, du Franz Authentischen Barbier de Rouyn-Noranda, qui avait signé la pétition.

Je l’avais signé parce qu’à ce moment-là la ville n’avait pas pris position pour débloquer des fonds. Et, moi, je me disais que la ville devait débloquer des fonds, au même titre que nous, commerçants on devait le faire afin de construire ce projet pilote , explique Francis Jacob.

Venir au centre-ville en automobile, c’est "out!"

Francis Jacob, barbier avec pignon sur rue au centre-ville

Le barbier croit d’ailleurs que l’on doit changer la mentalité face à l’utilisation des véhicules. Selon lui il faut inciter les gens à marcher leur centre-ville.

Retombées économiques positives

Le centre-ville a complètement changé de visage dans les derniers jours. Des banderoles colorées surplombent les rues, on retrouve des tables ornées de fleurs le long du parcours et le bitume est peint par l’artiste Ariane Ouellet et son équipe.

De l'art peint dans la rue au centre-ville de Rouyn-Noranda.

Les artistes Valéry Hamelin et Stéphanie Dupré Guilbert ont aussi contribué au projet.

Photo : Radio-Canada / Vanessa Limage

De nombreux commerçants on investit du temps et de l’argent dans l’aménagement de terrasse extérieur ou encore d’installations afin d'embellir la devanture de leur entreprise.

Et l’investissement est payant dans le cas de Josiane Cyr, copropriétaire du dépanneur spécialisé Chez Gibb au centre-ville.

Oui on a une hausse des ventes, se réjouit-elle. C’est certain qu’il y a pleins facteurs qui entre en ligne de compte, mais je suis certaine à 100 % que c’est grâce à la rue piétonne la hausse de mes ventes!

Du 21 au 26 juillet, la ville fera circuler un sondage afin de savoir si la population et les gens d’affaires désirent prolonger le projet de centre-ville piétonnier.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Abitibi–Témiscamingue

Entrepreneuriat