•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le CSF veut des programmes scolaires complètement en français au secondaire

Des autobus scolaires.

Le CSF offre des services à 6200 élèves répartis dans 43 écoles dans l'ensemble de la Colombie-Britannique.

Photo : Radio-Canada / Martin Bilodeau

Le Conseil scolaire francophone de la Colombie-Britannique (CSF) souhaite mettre fin aux programmes secondaires dits hétérogènes, c’est-à-dire qui offrent aux élèves un nombre limité de cours en français, et les rendre graduellement complètement francophones.

Selon le CSF, six écoles secondaires seulement, sur les 14 que compte son réseau, offrent l’entièreté de leur cursus scolaire en français.

Les huit autres écoles, qui sont jumelées à des écoles secondaires anglophones, offrent aux élèves francophones deux à quatre cours par an dans la langue de Molière, le reste de leurs cours devant être suivis en anglais.

L’objectif du CSF est que la prochaine cohorte d’élèves du secondaire - ceux et celles qui entreront en 8e année à l’automne 2020 - soit la dernière à faire partie de ces programmes hétérogènes, qui seraient donc remplacés graduellement, année après année.

Une bonne nouvelle, dit la FPFCB

La directrice générale de la Fédération des parents francophones de la Colombie-Britannique (FPFCB), Marie-Andrée Asselin, accueille favorablement la nouvelle. C'est vraiment ce qui va assurer la meilleure éducation possible pour nos enfants, soutient-elle.

Toutefois, elle regrette le manque de consultation du CSF avec les parents. Le fait que la nouvelle ait été annoncée sans discussion avec les communautés, c'est légèrement problématique, dit-elle. Les parents auraient probablement aimé participer aux discussions.

Le conseil d’administration du conseil scolaire a voté en faveur de cette initiative le mardi 30 juin, donnant le mandat à la direction générale du CSF de déterminer comment l’appliquer.

On n’a pas encore décidé ou planifié cette mise en oeuvre, admet la présidente du conseil d'administration, Marie-Pierre Lavoie. Le recrutement de nouveaux enseignants devra par exemple être pris en compte par l’organisme, explique-t-elle, ainsi que le besoin de locaux supplémentaires.

Dans un communiqué, le CSF indique que cela pourrait exiger de formuler des demandes immobilières, ce qui nécessiterait un financement de la part de la province.

Le conseil scolaire affirme s’appuyer sur le récent jugement de la Cour suprême du Canada favorable à l’éducation en français pour faire avancer ce projet.

Les juges de la plus haute cour du pays ont affirmé, dans cette décision, que les enfants dont la langue est celle de la minorité de langue officielle ont droit, lorsque le nombre le justifie, à une expérience éducative réellement équivalente à celle de la majorité, et ce, peu importe la taille de l’école ou du programme en question, rappelle le CSF.

Ce qu'on veut faire, c'est commencer le plus tôt possible à mettre en oeuvre le jugement qu'on a reçu 12 juin dernier, dit Marie-Pierre Lavoie.

Les 8 écoles secondaires qui offrent un parcours scolaire partiellement en français :

  1. Sechelt
  2. Nanaimo
  3. Prince George
  4. Powell River
  5. Campbell River
  6. Nelson
  7. Penticton
  8. Revelstoke

Avec des informations d'Hélène Bardeau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !