•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le casse-croûte chez Ginette renaîtra de ses cendres

Les propriétaires du casse-croûte Chez Ginette et leur fille devant leur établissement fraîchement peint en bleu et rose.

Cette photo des propriétaires du casse-croûte Chez Ginette a été prise deux semaines avant le sinistre. Tout le bâtiment venait d'être repeint.

Photo : Facebook / Samuel Hamel-Ratté

Félix Morrissette-Beaulieu

Il faudra plus qu’un incendie et une pandémie pour empêcher les propriétaires du casse-croûte chez Ginette, à Saint-Irénée, dans Charlevoix, de reconstruire l’établissement.

L'établissement, qui nourrissait la population locale et les touristes de Charlevoix depuis les années 70, a été emporté par les flammes vendredi soir. Pour l’instant, les pompiers privilégient la thèse d'un bris électrique.

Vendredi, on était sous le choc. On a passé la journée du samedi au complet à Saint-Irénée. C’était la première fois en 3 ans qu’on y allait sans travailler, explique le propriétaire Samuel Hamel-Ratté.

En 2016, Samuel et sa conjointe Amélie Godin ont repris le commerce pour le mettre à leur image. Ils ont fait des rénovations de plus de 100 000 $ en 2017. Durant la pandémie, la peinture avait été entièrement refaite.

Le bâtiment est une perte totale

Le bâtiment est une perte totale

Photo : Samuel Hamel-Ratté

La saison s’annonçait exceptionnelle, malgré le contexte. On pense que ça aurait été une très bonne saison. C’était très achalandé. On pensait jamais, avec la COVID. Au début, quand on a ouvert, on a même manqué de stock.

Ce ne sera que partie remise, selon Samuel. Notre but, c’est de reconstruire et d’opérer jusqu’à notre retraite. 2021, on devrait être-là.

Deux feux, une passion

Samuel Hamel-Ratté a déjà participé à la reconstruction d’un restaurant emporté par un incendie lorsqu’il était chef cuisinier dans le Grand Nord, avant d’acquérir chez Ginette.

Avec l’architecte, c’est moi qui ai refait les plans. C’est moi qui étais responsable de tous les achats des équipements de la cuisine. Ça va sans aucun doute m’aider. Je sais à quoi m’attendre, ajoute le cuisinier.

Samuel Hamel-Ratté

Samuel Hamel-Ratté

Photo : Samuel Hamel-Ratté

Chose certaine, bien que le bâtiment initial n’existe plus, le casse-croute devrait continuer d’attirer les fidèles clients .

J’ai déjà vu un hélicoptère atterrir sur notre terrain pour venir chercher une poutine et repartir. Les tables à piquenique tremblaient, témoigne le copropriétaire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Alimentation et cuisine