•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les groupes fermés au secondaire et le casse-tête des cours optionnels

Comment permettre les cours de musique optionnels, par exemple, si les groupes d'élèves doivent être fermés?

Des percussions dans un local de musique.

Les cours de musique, entre autres, sont un casse-tête pour la rentrée scolaire à l'automne.

Photo : Radio-Canada / John Naïs

Félix Morrissette-Beaulieu

Le choix d’un cours optionnel pourrait bien déterminer qui seront les collègues de classe d’un élève du secondaire à l’automne. Des centres de services scolaire réfléchissent à l’offre de certains cours à option dans un contexte où les élèves seront tout le temps dans un seul et même groupe.

Sera-t-il possible pour un élève de participer à un cours de musique optionnel s’il doit rester dans un même groupe en tout temps à l’automne? C’est le genre de défis auquel font face les centres de services scolaire à l’aube de la prochaine rentrée.

Les mêmes élèves doivent être ensemble en tout temps et doivent donc avoir les mêmes cours optionnels, précise Annie Boulanger, conseillère en communication pour le Centre de services scolaire de la Beauce-Etchemin.

Si des réflexions sont toujours en cours, le centre concède que certains cours optionnels, comme la musique, pourraient être moins disponibles pour les jeunes.

La notion de groupes fermés dans les écoles secondaires où les élèves changent souvent de classe durant la journée a été présentée par le gouvernement à la mi-juin.

Des jeunes pratiquent la guitare.

Des jeunes pratiquent la guitare.

Photo : Radio-Canada

Dans la formation des groupes [fermés], les directions d'écoles devaient tenir compte de plusieurs facteurs, dont les choix de cours optionnels pour les élèves. Inévitablement, certains compromis ont dû être faits, explique la porte-parole.

Il est vrai de dire que ces groupes fermés apporteront, dans notre centre de services scolaire, une baisse de périodes en musique, mais aussi une hausse dans d’autres options, comme les arts, ajoute-t-elle.

Au total, six des huit écoles secondaires du centre de service verront une baisse du nombre de périodes en musique.

Au Centre de services scolaire des Premières-Seigneuries, à Québec, un portrait plus juste des cours optionnels offerts devrait être dévoilé à la mi-août. Nous devrons fort probablement ajuster certaines choses à la rentrée scolaire, selon le contexte, explique la porte-parole, Martine Chouinard.

Les profs de musique ne veulent pas payer les frais

La Fédération des associations des musiciens éducateurs du Québec craint de payer les frais de la situation.

Le président de la fédération, Stéphane Proulx, constate que des enseignants, à la fin de l’année scolaire, ont vu leur tâche être abolie.

Des membres qui me disent, sans consultation, sans que personne leur ait demandé, s’ils avaient des solutions alternatives, que le département de musique est complètement coupé, soit partiellement coupé, donne comme exemple M. Proulx.

Les enseignants permanents semblent s’en tirer, mais les enseignants plus précaires pourraient ne pas avoir de tâche à l’automne, selon lui.

Des enseignants en musique ont fait plusieurs propositions à leur direction, dont celle de donner des cours à l’extérieur, ou à distance. Le président de la fédération indique que certaines décisions, notamment celle de diminuer les cours de musiques, ont été prises sans consultation.

Certains gestionnaires tassent la musique en bas du plateau, déplore le musicien.

Des élèves de la concentration musique de l'école secondaire Jean-du-Nord de Sept-Îles

Des élèves d'une classe de musique.

Photo : Radio-Canada / Éloïse Demers-Pinard

Au Centre de services scolaire Beauce-Etchemin, on assure que les enseignants permanents auront une tâche complète à l’automne.

Les enseignants non permanents en musique pourront tout de même travailler dans leur domaine au primaire pour accomplir leur tâche, rassure Annie Boulanger.

Les petits milieux plus touchés

La baisse du nombre de cours à option par école risque de toucher davantage les petits milieux, selon le ministère de l’Éducation.

Pour les élèves de 4e et 5e secondaire, l’exigence de garder des groupes fermés peut parfois poser des défis pour le maintien d’une offre de cours à option régulière dans de plus petits milieux, par exemple, précise le porte-parole Francis Bouchard.

C’est pourquoi le ministère offre l’option d’ouvrir quelque peu ses groupes fermés avec une formule d’alternance avec des groupes constitués dans le respect des règles de distanciation physique fréquentant l’école au moins un jour sur deux.

Des apprentissages en ligne et des travaux à faire à la maison viendraient compléter l’offre éducative.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Éducation